Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 21:11

Résumé :

  Certains contes des frères GRIMM sont très connus, comme Cendrillon, Le chaperon rouge ou encore Blanche Neige. Cependant, d'autres le sont beaucoup moins comme Jean de fer ou bien L'alouette chanteuse et sauteuse.

Quels sont ces contes connus ou non qu'ont écrit les frères Grimm ?

 

Avis :

    Cette anthologie était à lire pour mon cours de lettres, mais je dois dire que j'ai eu un peu de mal à m'y mettre véritablement et surtout à arriver au bout de ma lecture. Les premiers contes sont super intéressants et plutôt captivants d'ailleurs, mais plus on avance dans le recueil, plus les contes se répètent. Finalement, et c'est d'ailleurs le sujet du cours, les mêmes schémas, avec les mêmes motifs se répètent inlassablement... Personnellement, ça m'a un peu ennuyée, surtout que généralement, tous les contes qui se ressemblent sont mis les uns à la suite des autres...

 

     Bon, après globalement, les histoires sont sympathiques et les personnages sont attachants. J'ai beaucoup aimé la plume des GRIMM. Je trouve que les contes ont tendance à se lire tout seul. C'est vraiment très fluide. J'ai aussi bien aimé certaines fins, notamment celles qui sont les moins sympathiques. Je les ai trouvées pleine d'originalité, même si au final, ce ne sont pas eux qui l'ont inventé !

 

Une bonne anthologie, mais dont les contes se ressemblent un peu trop...

 

15 / 20

 

Lu pour le challenge Des Gages ta PAL, session 7 [ma participation] → un livre en rapport avec l'hiver

→ un livre dont le titre est en un mot

Lu pour le challenge des 170 idées [ma participation]  → n°60 (neige = hiver)

Bonus : Challenge Gourmand, session 6  [ma participation]

En entreprenant de rassembler, de transcrire et de publier les contes populaires dont la tradition vivait encore à leur époque dans les pays allemands, les frères Grimm ne songeaient guère qu'à les sauver de l'oubli avant que leur déclin fût irrémédiable. L'extraordinaire fortune des deux petits livres qui portent à bon droit leur nom dit assez qu'ils ont réussi, et au-delà de ce qu'ils espéraient sans doute, car grâce à eux, grâce à leur amour et à leur scrupuleuse patience, ces petits chefs-d'œuvres jugés jadis tout juste bons "à dormir debout" sont entrés d'un coup dans la littérature et, même, dans l'histoire de la pensée.

Page 7

Autres livres lus de Jacob et Wilhem GRIMM :

☺ Raiponce  [mon avis]

 

  Contes regroupe les 35 contes que Wilhelm et Jacob GRIMM ont retranscrit. Il vient d'Allemagne. Il a publié pour la première fois à partir de 1812 et cette anthologie a été éditée pour la première fois en 1973 et rééditée en 2016 par l'édition Folio Classique. Elle compte 404 pages dont une préface et un dossier écrits par Marthe Robert.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans Contes Classique
commenter cet article
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 10:00

Résumé :

  On connait tous les contes de Peau d'Âne, du Petit Chaperon rouge ou encore de La belle au bois dormant. On n'a jamais oublier La barbe bleue, Cendrillon ou le chat Botté. Le petit Poucet a bercé notre enfance.

Mais connaissez-vous les versions originales des onze contes de PERRAULT ?

 

Avis :

    J'ai eu la surprise de découvrir à mon premier cours de lettres qu'on allait étudier les contes et plus spécifiquement ceux de PERRAULT et ceux des GRIMM. Évidemment, il a donc fallu que je les achète et que je les lise. Bon, je plaide coupable, pour l'instant, je n'ai lu que celui de PERRAULT.

 

     C'est un peu une redécouverte des classiques pour moi. Je connaissais bien sûr les contes, mais pas dans cette version-là... Pour être franche, je maîtrise plus la version de disney que celle de PERRAULT. En fait, il y en a même que je ne connaissais pas du tout. Dans l'ensemble, ils m'ont tous plu, certains plus que d'autres, mais ils sont tous intéressants !

 

     Dans un sens, ce que j'ai le moins apprécié, ce sont les notices avant chaque conte. Je crois qu'à la limite, j'aurais préféré les avoir après chaque conte, plus pour expliciter la lecture que pour l'annoncer... J'ai aussi beaucoup aimé les morales en vers ! D'ailleurs, ce sont les contes en vers que j'ai préféré ! Je les trouve plus sympathiques que les autres...

 

Des contes super bien écrits...

 

15 / 20

 

Lu pour le challenge Des Gages ta PAL, session 7 [ma participation] → un livre ayant moins de 400 pages

→ un livre dont le titre est en un mot

Lu pour le challenge des 170 idées [ma participation]  → n°137 (chat)

Bonus : Challenge Gourmand, session 6  [ma participation]

Le Conte de Peau d'Âne est ici raconté
Avec tant de naïveté,
Qu'il ne m'a pas moins divertie,
Que quand auprès du feu ma Nourrice ou ma Mie
Tenaient en le faisant mon esprit enchanté.
On y voit par endroits quelques traits de Satire,
Mais qui sans fiel et sans malignité,
A tous également font du plaisir à lire :
Ce qui me plaît encor dans sa simple douceur,
C'est qu'il divertit et fait rire,
Sans que Mère, Époux, Confesseur,
Y puissent trouver à redire.

Page 82

Autres livres lus de Charles PERRAULT :

☺ Les fées [mon avis]

 

   Contes regroupe les 11 contes que Charles PERRAULT a retranscrit. Il vient de France. Il a publié pour la première fois à partir de 1691 et l'intégrale a été éditée en 2006 par l'édition Le livre de poche, dans la collection Les classiques de poche. Il compte 317 pages.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans Contes Classique
commenter cet article
24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 09:00

Summary :

     When she was 10, Fanny Price moved from her parents to her uncle's house. At Mansfield Park, her cousins and aunts showed her by all ways that she was inferior to them, except her cousin Edmund. At the beginning, she loved him like a brother, but with the time his love evolved.

    However, one day, Mansfield Park's peace was threatened with the arrival of Mr and Miss Crowford. This two seductive londoners are well decided to disrupt Betrams' life.

What will it happened ? Will Fanny be happy and loving ?

 

Opinion :

     I love Jane AUSTEN so I asked all her books in English for Christmas. And my mother decided to buy the most genuine cover ! For the challenge Bookineur en couleur, I searched all my blue books, and this one corresponded. I want to begin it, but I hadn't expected that it was written so small and that I took all this time to read it ! I mean, in one week, I only read 20 pages...

 

     I already knew the story, because I have watched the BBC film. However, it's not my favorite and I had a lot of problems to read it... More than the character size, the vocabulary is a little complicate. I mean, I don't know if it's because it was tired to read, but I didn't retain anything of what I was reading... Despite of that, I like the story. But I was a little lost, because it was not exactly as the film.

 

      For the characters, I'm a little desappointed. I mean, in the film, I really liked Fanny and Edmund, but here, with the point of vue wich change all the time, I cannot totally attached me to them. It's too bad ! Futhermore, it was difficult for me to understand who was speaking during the dialogues... They have none reminder, like 'said Fanny' or 'answered Edmund' and so on. Despite all of it, I like all the characters, except maybe aunt Norris or the two sisters Bertram... But I have to admit that I were quite in love of Henry !

 

      To be honest, I wanted to finish absolutely finish the book this evening, so in two days, I had to read more than 150 pages and it's a lot, when we thought that in 2 weeks I only read 50 pages... All of that is to say that the 2 last chapters were horrible to read... I thought about all, except what was happening ! But, comparing to the rest of the book, the end was a little quick ! It's impressive all what happen in the last chapter !

 

Good, but the edition is complicate to read !!

 

13 / 20

 

Read for the challenge Bookineurs en couleur, session 3.1 [my participation]

Read for the challenge Des Gages ta PAL, session 6 [my participation] → livre ayant moins de 300 votes.

→ livre dont l'auteur a plus de 100 fans

Read for the challenge New PAL 2016 [my participation]

Bonus : Challenge Gourmand, session 5  [my participation]

"I like your Miss Bertrams exceedingly, sister," said he, as he returned form attending them to their carriage after the said dinner visit; "they are vere elegant, agreeable girls."
"So they are indeed, and I am delighted to hear you say it. But you like Julia best."
"Oh, yes ! I like Julia best."
"But do you really ? for Miss Bertram is in general thought the handsomest."
"So I should suppose. She has the advantage in every feature, and I prefer her countenance ; but I like Julia best ; Miss Bertram is certainly the handsomest, and I have found her the most agreeable, but I shall always like Julia best, because you order me."

Page 24

Other books read, writen by Jane AUSTEN :

☺ Orgueil et préjugé [mon avis]

☺ Persuasion [mon avis]

☺ Pride and Prejudice [my opinion]

 

   Mansfield Park was written by Jane AUSTEN. It comes to the United Kingdom. His Frensh title is Mansfield Park. It was published for the first time in 1814 and reprinted in 2015 by CreateSpace. It has 243 pages.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans Classique livres VO
commenter cet article
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 09:00

Résumé :

     Quasimodo est un être difforme et sourd, sonneur de cloche à la cathédrale Notre-Dame, il est aussi sous les ordres de Frollo, l'archidiacre de Paris. Quand ce dernier se met en tête d’enlever Esméralda, une belle gitane, Quasimodo entreprend de tout faire pour l’aider.

Jusqu’où vont-ils aller ?

 

Avis :

     Ce livre fait parti des nombreux classiques que je voulais découvrir, c’est pourquoi, quand j’ai vu que livraddict proposait un bookclub dessus, je me suis laissée tenter. Mais, tout un tas de choses ont fait que je ne l’ai pas terminé dans les temps… D’abord, je ne l’avais qu’en belle édition, ce qui signifie qu’il m’était impossible de le transporter partout avec moi… Du coup, j’ai déjà dû attendre d’être en vacances pour le commencer. Et  comme je partais aussi en Allemagne, ce n’était pas envisageable de le prendre, là non plus… Et puis, mon objectif de le lire en entier d’un coup, a aussi rapidement été revu… L’édition que je possède est en deux tomes, et bien, en fait, je n’ai lu que le premier… J’ai mis trop de temps pour pouvoir lire les deux avant début juin et puis franchement, une fois que j’aurai pu reprendre le second tome, je n’en avais plus vraiment envie…

 

     Bon, là on est début août et je n’ai toujours pas écrit ma chronique… Et pour être franche, j’ai déjà eu un mal de chien à faire un résumé du premier tome… Je ne sais pas si c’est moi ou pas, mais j’ai la sensation qu’il ne s’est pas passé grand-chose. Et le comble, c’est que ce sont les deux plus longs chapitres que j’ai gardé en mémoire… Ceux sur la description de la cathédrale et du Paris d’autrefois… Autrement dit, des chapitres plutôt barbants !!!

 

     C’est le problème avec les classiques, c’est que les auteurs ne vont jamais droit au but et c’est bien dommage, du coup l’action en est immédiatement ralentie… Et je crois que c’est encore pire avec Victor HUGO !!! Enfin, au moins j’aime bien ses poèmes, mais les romans ! Enfin, je n’irai pas jusqu’à dire que je me suis ennuyée, mais j’ai trouvé le temps long…

 

     Et du coup, ça s’est ressenti sur les personnages. Ils sont beaucoup décrits, ça c’est sûr. Mais je n’arrive à me faire une vraie image d’eux qu’en les voyant agir, or le roman se perd dans les descriptions et tourne autour du pot. Résultat, je n’ai qu’une image flou de chacun des personnages et donc je ne me suis attachée véritablement à aucun d’eux…

 

      Je vais être franche, je n’ai aucun souvenir de comment se termine ce premier tome… Je n’arrive pas à me rappeler quelle était la dernier action… Par contre, une chose est sûre, c’est que le suspense n’est pas vraiment au rendez-vous, sinon, j’aurai tout fait pour commencer le second tome, ce qui n’a absolument pas été le cas ! Enfin, le livre est toujours dans ma chambre, donc je finirai bien par le commencer !

 

Dommage qu’il y ait autant de description…

 

12/20

 

Lu  pour le bookclub livraddict juin 2016 → Non terminé à temps

Lu pour le challenge des 170 idées [ma participation] → n°29 (la cathédrale Notre-Dame de Paris)

Bonus : Challenge Gourmand, session 5  [ma participation]

C'était une merveilleuse grimace, en effet, que celle qui rayonnait est en ce moment au trou de la rosace. Après toutes les figures pentagones, hexagones et hétéroclites qui s'étaient succédé à cette lucarne sans réaliser cet idéal du grotesque qui s'était construit dans les imaginations exaltées par l'orgie, il ne fallait rien moins, pour enlever les suffrages, que la grimace sublime qui venait d'éblouir l'assemblée. Maître Coppenole lui-même applaudit ; et Clopin Trouillefou, qui avait concouru, et Dieu sait quelle intensité de laideur son visage pouvait atteindre, s'avoua vaincu. Nous ferons de même. Nous n'essaierons pas de donner au lecteur une idée de ce nez tétraèdre, de cette bouche en fer à cheval, de ce petit œil gauche obstrué d'un sourcil roux en broussailles tandis que l’œil droit disparaissait entièrement sous une énorme verrue, de ces dents désordonnées, ébréchées çà et là, comme les créneaux d'une forteresse, de cette lèvre calleuse sur laquelle une de ces dents empiétait comme la défense d'un éléphant de ce menton fourchu, et surtout de la physionomie répandue sur tout cela, de ce mélange de malice, d'étonnement et de tristesse. Qu'on rêve, si l'on peut, cet ensemble.
L'acclamation fut unanime. On se précipita vers la chapelle. On en fit sortir en triomphe le bienheureux pape des fous. Mais c'est alors que la surprise et l'admiration furent à leur comble. La grimace était son visage.

Pages 75 et 76

Autres livres lus de Victor HUGO :

☺ Les châtiments [mon avis]

☺ Ruy Blas [mon avis]

 

    Notre-Dame de Paris a été écrit par Victor HUGO. Il vient de France. Il a été publié pour la première fois en 1831 et réédité en 1992 par l'édition Crémille en deux tomes.  Ce premier tome compte 336 pages, l'intégrale compte en tout 690 pages.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans Classique
commenter cet article
15 avril 2016 5 15 /04 /avril /2016 09:00

Résumé :

   Bathsheba Everdene est une jeune femme belle et indépendante. A la mort de son oncle, elle hérite de sa ferme, qu'elle décide de diriger seule. Mais à peine arrivée sur place, elle manque de tout perdre lorsqu'un incendie se déclare. Le fermier Oak, un ancien prétendant va l'aider à sauver ses récoltes. Pour le remercier, elle décide de le prendre à son service. Et voilà que deux autres soupirants se mêlent de la vie de Bathsheba.

Auxquels des trois hommes, Bathsheba va-t-elle céder ? Arrivera-t-elle à s'imposer dans ce monde d'hommes ?

 

Avis :

    A la sortie du film, j'avais très envie d'aller le voir, mais je ne sais pas pour quelle raison je n'y suis pas allée... Enfin bref, au final, je l'ai regardé en streaming et j'ai littéralement adoré ! Dès le moment où le générique de fin est arrivé, je n'avais plus qu'une idée : acheter le livre... Enfin, j'ai quand même du attendre noël, mais il a finalement atterri dans ma PAL ! Cela dit, je dois dire que je suis un peu déçue...

 

    J'étais vraiment impatiente de commencer ce livre... Pourtant, j'ai eu un peu de mal avec les premiers chapitres... L'histoire est exactement telle que je m'y attendais, le problème vient plus de Bathsheba... Elle m'a paru assez... égoïste ! Et ses éternels tergiversions m'ont agacée. Franchement, c'est dommage... C'est comme si elle ne voyait pas qu'elle faisait souffrir les autres.

 

    Il y a autre chose qui m'a un peu gênée : le texte est assez compliqué. J'ai mis plusieurs chapitres avant de m'habituer aux phrases alambiquées... Mais heureusement pour moi, je me suis accrochée et c'est tant mieux, parce que finalement j'ai beaucoup aimé le style de l'auteur ! Et par conséquent, j'ai fini par complètement rentrer dans l'histoire... Je pense qu'à partir de ce moment, je peux qualifier cette lecture de coup de cœur !

 

     Bon, vous savez déjà que je n'ai pas trop aimé Bathsheba. Par contre, j'ai bien aimé les caractères de Boldwood et Troy. Enfin je veux dire qu'ils apportent beaucoup à l'histoire, même si ils sont assez détestables, notamment Troy... Et puis il y a Oak... Je l'adore ! Il est génial... Bon, j'ai peut-être une petite préférence pour son alter-ego du film... N'empêche, il est super... Et il est d'un tel soutient pour Batsheba, elle a vraiment de la chance de l'avoir !

 

    La fin est vraiment bien... En plus, j'avais oublié ce qui arrivait, enfin, j'avais oublié de trois trucs [Je me souvenais qu'elle choisissait Oak et que Frank la quittait, mais pas que Boldwood lui tirait dessus et le tuait...]. Enfin, bref ! C'est franchement sympa, même si c'est un peu attendu, enfin, je veux dire que c'est facile de deviner qui elle va choisir. En tout cas, je pense que je lirai d'autres livres du même auteur... D'ailleurs, Tess d'Uberville me tente beaucoup depuis que Anastasia le cite dans Cinquante Nuances...

 

Un livre vraiment génial dès le moment où on s'habitue à l'écriture de l'auteur !!!

 

17/20

 

Lu pour le challenge Le jeu des 7 familles [ma participation] -> le grand-père Grantécran

Bonus : Challenge Gourmand, session 4  [ma participation]

Oak avait le visage noirci, encrassé ; la fumée et la chaleur l'avaient rendu méconnaissable. Son sarrau était brûlé en plusieurs endroits et dégoulinait d'eau, la manche de sa houlette était calciné sur six pouces de long. Avec l'humilité qu'une rude adversité lui avait léguée, il s'avança vers la fine forme féminine sur sa selle. Il ôta respectueusement son chapeau, et non sans une certaine galanterie, s'approchant des pieds de la jeune femme dans leurs étriers, demanda d'une voix hésitante :
- Avez-vous besoin d'un berger, m'dame ?
Elle souleva le voile noué autour de son visage et le regarda, stupéfaite. Gabriel et la cruelle dame de ses pensées, Bathsheba Everdene, étaient face à face.
Bathsheba ne dit rien, et mécaniquement, il répéta d'une voix triste et confuse :
- Avez-vous besoin d'un berger, m'dame ?

Pages 64 et 65

 

     Loin de la foule déchaînée a été écrit par Thomas HARDY. Il vient des Royaume-Uni et son titre original est Far from the Madding Crowd. Il a été traduit par Thierry Gillyboeuf. Il a été publié pour la première fois en 1874 et réédité en 2011 par l'édition Sillage. Il compte 428 pages.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans Classique Romance
commenter cet article
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 10:00

Résumé :

    Chez les Elliot, les temps sont durs, depuis la mort de la mère de famille, l'argent se fait de plus en plus rare. Incapable de changer leur train de vie, la famille est contrainte de faire louer son manoir. Contrairement au reste de sa famille, Anne apprécie peu Bath où ils partent séjourner, c'est pourquoi elle s'empresse d'aller aider sa jeune soeur. Mais elle n'ai pas au bout de ses tourments, car le capitaine Wentworth, l'homme qu'on lui avait déconseillé d'épouser, est également là.

A-t-elle encore des sentiments pour lui ? Et lui, que ressent-il ?

 

Avis :

    Depuis que j'ai vu les films tirés des romans, je suis devenue une fan de Jane AUSTEN. C'est d'ailleurs pour ça que j'avais demandé l'intégrale à mon anniversaire et demandé les versions anglaises au père noël :p Enfin bref, c'est aussi pour ça que quand Ichmagbücher a proposé une LC, je me suis empressée d'accepter, même si je dois dire qu'elle m'est complètement passée au dessus de la tête, vu que j'ai commencé ma lecture près de deux semaines après la date et qu'on est maintenant quasiment un mois après !

 

    Pour l'histoire, c'est assez étrange, j'ai lu la première moitié extrèmement rapidement, avec vraiment le sentiment d'avoir un gros coup de coeur. J'étais vraiment dans l'histoire. Le ton était parfait, un pur moment de plaisir... Mais ensuite, les choses se sont un peu compliquées... D'abord, je devais faire un stage de conduite (pour l'assurance et tout ça) et comme c'est mal foutu pour le midi, j'avais emporté mon bouquin, sauf que inquiète de rater l'heure, je n'ai pas réussi à me replonger dans l'histoire... Sans compter que je voulais le finir, donc j'ai voulu lire alors que j'étais fatiguée et au bout d'un chapitre (c'était celui où Mme Smith parle de M Elliot), je me suis rendu compte que je ne captais rien du tout... Car même si l'histoire est l'impide, mon esprit embrumé ne suivait plus rien du tout... Je pense que ça a beaucoup joué dans mon ressenti...

 

    Je ne sais pas si c'est parce que je n'étais plus complètement à fond dans l'histoire, mais j'ai trouvé que l'adaptation par la BBC était un peu différente du roman... Notamment à la fin. J'adore la fin du livre [quand Wentworth offre le manoir à Anne pour son mariage], mais cet élément que je trouve pourtant tellement romantique n'y est pas, du coup je suis restée un peu déçue... Cela dit, je pense que si j'avais été complètement happée par l'histoire, ça aurait été un coup de coeur du début à la fin...

 

    J'ai beaucoup aimé les personnages, beaucoup plus que dans le film. J'ai un véritable faible pour Wentworth... C'est un vrai gentil, peu de héros dans des livres de cette époque lui ressemblent... J'ai vraiment adoré ! Par contre, je ne sais pas si c'est parce que je savais déjà sa vraie personnalité, mais je n'ai pas du tout accrochée à Elliot... Quel prétentieux ! Cela dit, j'aurais bien aimé qu'il se passe quelque chose de plus avec lui, je trouve qu'il disparait trop gentiment... Anne est franchement bien aussi, je l'ai trouvé moins passive que dans le film...

 

Vraiment bien !!

 

17/20

 

LC organisée par Ichmagbücher

Ce n'était pas M. Wentworth le ministre, mais Frederick Wentworth, son frère, nommé commandant après l'action de Saint-Domingue, qui s'était établi, en attendant de l'emploi, dans le comté de Somerset à l'été 1806, et avait loué pour six mois à Monkfort. C'était alors un jeune homme remarquablement beau, intelligent, spirituel et brillant, et Anne était une très jolie fille, douce, modeste, gracieuse et sensée. Ils se connurent, s'éprirent rapidement l'un de l'autre. Ils jouirent bien peu de cette félicité exquise. Sir Walter, sans refuser positivement son consentement, manifesta un grand étonnement, une grande froideur et une ferme résolution de ne rien faire pour sa fille. Il trouvait cette alliance dégradante, et lady Russell, avec un orgueil plus excusable et plus modéré, la considérait comme très fâcheuse. Anne Elliot ! avec sa beauté, sa naissance, son esprit, épouser à dix-neuf ans un jeune homme qui n'avait d'autre recommandation que sa personne, d'autre espoir de fortune que les chances incertaines de sa profession, et pas de relations qui puissent l'aider à obtenir de l'avancement ! La pensée seule de ce mariage l'affligeait ; elle devait l'empêcher si elle avait quelque pouvoir sur Anne.
[...]
Dans sa jeunesse on l'avait forcée à être prudente ; plus tard elle devint romanesque, conséquence naturelle d'un commencement contre nature. L'arrivée du capitaine Wentworth à Kellynch ne pouvait que raviver son chagrin.

pages 731 et 732 de l'intégrale (pages 8 et 9)

Autres livres lus de Jane AUSTEN :

☺ Mansfield Park [my opinion]

☺ Orgueil et préjugé [mon avis]

☺ Pride and Prejudice [my opinion]

 

     Persuasion a été écrit par Jane AUSTEN. Il vient des Royaume-Uni et son titre original est Persuasion. Il a été traduit par Mme Letorsay. Il a été publié pour la première fois en 1817 et réédité en 2014 dans une intégrale comportant l'ensemble des romans de l'auteur par l'édition France Loisir, Archipoche, la bibliothèque du collectionneur. L'intégrale compte 880, et ce roman Il compte 65 pages.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans Classique Romance
commenter cet article
16 août 2015 7 16 /08 /août /2015 09:00

Résumé :

    Suivez le voyage de cinq prostituées pour assister à la communion de la nièce de la patronne, le périple d'un homme au milieu d'un brouillard, la vie d'une fermière et de son enfant illégitime, ou encore les conséquences de la mort de la mère d'un employé de bureau. Participez à la recherche de papa de Simon ou à une sortie en pleine campagne en compagnie de canotier. Assistez aux mises en garde sur l'amour ou à une soirée à la Grenouillère et regardez ces femmes dans les cimetières...

 

Avis :

     Je ne connaissais pas vraiment MAUPASSANT, à part quelques extraits lus en classe, pourtant mes parents m'ont offert une intégrale avec tous ses contes et nouvelles... Enfin bref, pour arriver à lire ces 900 pages, j'ai décidé de lire partie par partie. J'ai donc commencé par Boule de Suif que j'ai bien aimé. Et là, j'entamais La maison Tellier, je n'arrivais pas à comprendre le lien entre les différents récits, mais finalement, j'ai découvert que c'était un recueil ! Je ne sais pas trop comment je vais m'y prendre, je pense que je vais faire un paragraphe par petite nouvelle.

 

    La Maison Tellier m'a bien plu. L'histoire est sympathique, mais il n'y a pas beaucoup de suspense, je trouve... C'est dommage, car du coup, ça donne moins envie de lire la nouvelle... Heureusement, j'ai apprécié les filles... Je ne m'y suis pas vraiment attachée, mais ce sont elles qui m'ont vraiment donné envie d'aller au bout de la nouvelle. Et puis, contrairement à d'autres textes, la fin de ce récit est une vraie conclusion !

 

     Je n'ai pas trop apprécié la nouvelle suivante : Sur l'eau. En fait, je crois que le problème c'est que je l'ai trouvé trop confuse, j'ai eu du mal à comprendre ce qu'il s'y passait... En plus, on ne sait pas grand chose sur le personnage principal, du coup impossible de vraiment ce sentir concerné par ce qui lui arrive... Et puis, à la fin, après les dernières lignes, je me suis dit "Tout ça pour ça !". En bref, j'ai été déçue par ce récit...

 

     Viens ensuite l'une des histoires que j'ai préféré : Histoire d'une jeune fille de ferme. Ce récit m'a littéralement captivée... L'intrigue est passionnante et j'ai trouvé qu'elle était finalement assez actuelle. Rose m'a beaucoup plu... Son histoire est vraiment bien, si je dois conseiller une nouvelle de ce recueil, je dirais celle-ci ou Le papa de Simon... Et puis, la fin est vraiment sympa et même si elle est un peu trop heureuse !

 

    En famille est le texte suivant et je dois dire que seule la conclusion m'a réellement plu... Mon problème vient des personnages qui sont égoïstes et profiteurs... C'est pourquoi, le retournement de situation à la fin m'a autant plu et m'a beaucoup fait rire... En tout cas, la vieille femme est vraiment pas mal, j'ai adoré son comportement !

 

     Voilà mon deuxième coup de cœur, enfin disons le second texte que j'ai le plus aimé : Le papa de Simon... Une nouvelle fois, j'ai trouvé l'histoire assez actuelle et... je ne sais pas, j'ai adoré Simon et la gentillesse de Philippe ! C'est un véritable plaisir à lire ! C'est un vrai récit d'espoir et de tolérance aussi ! La fin est parfaite ! Je l'ai adoré !

 

    Une partie de Campagne m'a plu, mais sans plus ! C'est une histoire sympathique, mais je ne lui ai pas trouvé beaucoup d'intérêt... Certes, il se passe plein de choses, mais dans un sens c'est assez basique et prévisible. Une nouvelle fois, c'est la surprise de la fin qui fait tout, où du moins qui apporte réellement quelque chose au récit !

 

    Au printemps est vraiment un récit particulier. Je n'ai pas trop aimé, mais je dois dire que j'ai apprécié le principe... Pour être franche, seule la dernière phrase m'a réellement plu ! Cela dit, le récit de l'homme est sympathique et intéressant, mais je l'ai aussi trouvé assez banale... Dans un sens c'est dommage, mais comme l'histoire est courte, l'envie reste !

 

     La femme de Paul est un récit qui m'a paru assez confus... J'ai franchement mis du temps à différencier Pauline de Madeleine... C'est sans doute dû à une lecture peu attentive, mais je pense qu'il y a autre chose ! Enfin, l'histoire est sympa, mais j'ai eu du mal avec les personnages. Paul est trop possessif et en même temps ne fait rien à part raler... Madeleine m'a quant à elle paru très égoïste, surtout au vu de sa réaction à la fin !

 

    Les tombales est un texte qui a été intégré plus tard au recueil... C'est un texte qui m'a beaucoup surprise, du moins la conclusion... Je ne sais pas si des femmes comme ça ont réellement existé, mais ça ne m'étonnerait pas ! En tout cas, ça a fait un beau récit... J'ai bien aimé ! C'est un bon récit pour finir le recueil, même si je crois qu'au départ il était en seconde position !

 

Un recueil vraiment pas mal !

 

15/20

 

Bonus : Challenge Gourmand, session 3  [ma participation]

 

 

   La maison Tellier est un recueil qui a été écrit par Guy de MAUPASSANT. Il contient les nouvelles La maison Tellier, Sur l'eau, Histoire d'une fille de ferme, En famille, Le Papa de Simon, Une partie de campagne, Au printemps, La femme de Paul et Les Tombales. Il vient de France. Il a été publié pour la première fois en 1881 sans le récit Les tombales, et republié avec en 1891 avec et réédité avec d'autres textes de l'auteur dans Contes et nouvelles en 2009 par l'édition France Loisir. Il compte 44 pages et l'intégrale en contient 906.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans nouvelles Classique Beaux livres
commenter cet article
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 09:00

Résumé :

   La France a été vaincue par les prussiens, ces derniers s'y installent donc. Dix habitants de Rouen vont obtenir une autorisation pour rejoindre Le Havre. Parmi eux, trois couples de bourgeois, un démocrate, deux religieuses et une courtisane. Arrivée à Totes un officier les empêche de repartir tant qu'il n'aura pas obtenu ce qu'il veut de Boule de suif.

Que lui veut-il ? Acceptera-t-elle ? Et les autres, essayeront-ils de l'influencer ?

 

Avis :

      En fouillant dans les beaux livres à la maison, je suis tombée sur une intégrale des contes et nouvelles de MAUPASSANT et je me suis dit que ce serait une bonne idée de le lire progressivement... J'ai donc commencé par le premier conte et c'est pour cette raison que j'écrirai une chronique par conte ou section.

 

      Boule de suif est un texte plutôt connu dont j'avais entendu parlé à plusieurs reprises... Pourtant, je ne savais pas de quoi ça parlait... Une fois passée le blabla de mise en place, l'histoire devient vraiment intéressante ! Au départ, j'avoue mettre dit que je n'accrochais pas, je me suis même demandée si je n'allais pas arrêter ma lecture, mais en fait, il fallait juste attendre que les personnages arrivent ! Quand j'avais reçu ce livre, j'avais essayé de le lire et face à la première double page, j'avais abandonné, parce que je ne voyais pas où voulait en venir l'auteur et je n'étais pas à l'aise avec cette grande édition que mes parents m'obligeaient à lire correctement installée à une table !

 

     Comme je le disais, dès l'arrivée des personnages, j'ai vraiment accroché à l'histoire. Chacun à sa propre histoire et même si au final je ne me suis pas trop attachée à eux, j'ai apprécié découvrir ce qui leur arrivait ! Au final, au vu de la fin, ils m'apparaissent surtout hypocrites et méprisables. Sauf Cornudet, lui je dois dire que j'ai un peu de mal à me faire une idée de lui ni quoi penser de ses actes... Pourquoi ne fait-il rien ? Seule Boule de suif m'a vraiment attirée, elle m'a fait pitier. Avec ma vision moderne des choses, j'ai du mal à cautionner qu'on la juge ainsi, certes c'est une courtisanes, mais ça ne fait pas d'elle une mauvaise personne. L'attitude des autres, ne la dévalorise pas elle, mais eux, qu'elle montre sous leur pire jour !

 

     Je ne sais pas trop quoi penser de la fin. Je suis un peu déçue, je pensais que Boule de suif allait réagir, enfin je veux dire autrement qu'avec des larmes... En même temps, je me doute bien que ce n'est pas vraiment une attitude possible pour l'époque. De plus, j'ai un peu de mal à saisir pourquoi Cornudet se met à fredonner la Marseillaise... Est-ce pour dénoncer l'attitude de ses compagnons de voyage ? En tout cas, je trouve que finir ainsi est assez étrange...

 

Intéressant, malgré les premières pages !!

 

15/20

Le femme, une de celles appelées galantes, était célèbre par son embonpoint précoce qui lui avait valu le surnom de Boule de suif. Petite, ronde de partout, grasse à lard, avec des doigts bouffis, étranglés au phalanges, pareils à des chapelets de courtes saucisses, avec une peau luisante et tendue, une gorge énorme qui saillait sous sa robe, elle restait cependant appétissante et courue, tant sa fraîcheur faisait plaisir à voir. Sa figure était une pomme rouge, un bouton de pivoine prêt à fleurir, et là-dedans s'ouvraient, en haut, des yeux noirs magnifiques, ombragés de grands cils épais qui mettaient une ombre dedans ; en bas, une bouche charmante, étroite, humide pour le baiser, meublée de quenottes luisantes et microscopiques.

page 15

 

 

   Boule de suif a été écrit par Guy de MAUPASSANT. Il vient de France. Il a été publié pour la première fois en 1880 et réédité avec d'autres textes de l'auteur dans Contes et nouvelles en 2009 par l'édition France Loisir. Il compte 12 pages et l'intégrale en contient 906.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans nouvelles Classique Beaux livres
commenter cet article
2 août 2015 7 02 /08 /août /2015 09:00

Résumé :

     Elizabeth Bennet est la seconde d'une famille de cinq filles. Sa mère espère les voir faire un beau mariage, comme par exemple avec ce Mr Bingley ou ce Mr Darcy qui viennent d'arriver en ville. Si le premier est tout ce qu'il a de plus charmant, notamment avec l'ainée des Bennet, Elizabeth ne tarde pas à trouver son ami hautain, orgueilleux et prétentieux. Darcy, quant à lui, l'apprécie de plus en plus.

Leurs sentiment changeront-ils ? Combien de mariages seront célébrés ?

 

Avis :

     Depuis que j'ai découvert le film avec Keira Knightley, je suis devenue acro, c'est pourquoi j'ai demandé le livre dès que j'ai pu. Au final, j'ai eu l'occasion de découvrir la version originale avant la version traduite et j'en suis bien heureuse. J'avoue que je suis un peu déçue par le style de la traduction, la question, c'est : est-ce dû à ma compréhension de l'anglais ou à la traductrice ? Si c'est le deuxième cas, je vais bientôt recevoir l'intégrale de AUSTEN - mais Chut c'est un secret - qui sera peut-être traduite par quelqu'un d'autre.

 

     J'ai une nouvelle fois dévoré cette histoire. Je voulais le finir avant le 1 août et c'est pourquoi en une journée j'ai lu les 600 pages. J'avoue mettre dit que j'allais saturer, une journée de classique, ça peut être lourd, mais en réalité pas du tout. Pourtant, pour être franche, dans les premier chapitre j'ai trouvé le texte assez pompeux, pas vraiment fluide et même si ce défaut a persisté pendant toute ma lecture,  l'histoire l'a emporté et j'ai finalement eu le plus grand mal à lâcher ce livre...

 

      Comme je le disais plus haut, je ne sais pas si cette sensation de texte ronflant est dû à la traduction, mais une chose est sûre, c'est que je n'ai pas eu la même impression lors de ma lecture en VO. Peut-être est-ce juste parce que je ne comprenais pas tout en anglais, mais je garde le souvenir d'un texte simple et clair. J'avoue que là, j'ai eu tendance à me dire que la traductrice s'était sentie obligé de traduire un classique en y incorporant plein de mots lourds et d'un langage très soutenu - vous voyez, ces mots de plus de quatre syllabes qu'on doit chercher dans un dico - qui au final rendent l'ensemble guindé ! Au moins, j'aurai découvert des mots comme panégyrique qui au final veut dire faire l'éloge de quelqu'un...

 

      C'est dommage, parce qu'au final, ça ne sert pas le roman... Je savais que j'allais adoré ce roman, donc ça ne m'a pas découragée, mais je suis prête à parier que de nombreux jeunes auraient vite abandonné à la vue du nombre de page et du style d'écriture ! Pour l'instant, je dois dire que je préfère conseiller la version originale qui est certes en anglais mais simple à comprendre !

 

     Heureusement, c'est le seul défaut que j'ai relevé dans ce récit ! L'histoire est captivante et pleine de suspense. Et je dois dire que sans ce style, ça aurait été un coup de cœur ! Pour ceux qui n'ont pas envie de lire ce livre mais qui veulent quand même découvrir l'histoire, je conseille la série de 1996 en 6 épisodes de la BBC, elle est vraiment fidèle au roman !

 

     Les personnages sont vraiment biens. C'est un véritable plaisir de les découvrir et de les suivre dans cette histoire ! Je dois dire que je n'ai pas tout à fait le même regard sur eux dans cette version que dans l'originale. Darcy m'a paru plus jeune et je ne sais pas, il m'a parfois fait l'effet d'un ado. Elizabeth, elle m'a paru plus indécise et finalement moins amoureuse... Mais ça ne change pas grand chose, je les adore quand même sauf Lydia ou Mrs Bennet ! Beurk, elles sont insupportables ces deux-là et le pire c'est qu'elles ne se rendent même pas compte de leurs sottises !

 

     La fin est vraiment bien ! Comme le reste du roman, elle se dévore ! Franchement, elle est romantique et même si j'aurais aimé voir le mariage, le prologue conclut à merveille ce récit. Toutes les histoires, tous les personnages sont repris et on sait ce qui arrive en gros à chacun... C'est tellement rare une fin comme celle-ci ! Une chose est sûre, je lirai les autres livres de Jane AUSTEN, en français comme en anglais !

 

Un coup de cœur si le style n'était pas aussi pompeux !

 

17/20

 

Autres avis : Luna

Lu pour le challenge Un mois = une consigne, session juillet 2015 [ma participation]

Lu  pour le challenge New PAL 2015 [ma participation]

Bonus : Challenge Gourmand, session 3  [ma participation]

Mr Bingley était un bel homme et distingué : il possédait une agréable tournure et des manières ouvertes et simples. Ses sœurs étaient deux fort belles femmes, d'une élégance indiscutable. Son beau-frère, Mr Hunst, n'avait pour lui qu'une certaine prestance d'homme du monde ; mais son ami, Mr Darcy, attira bientôt tous les regards, tant par sa haute et harmonieuse silhouette, son beau visage et sa noble allure, que par la rumeur qui circulait dans toute la salle moins de cinq minutes après son arrivée et qui le disait maître de dix mille livres de rentes annuelles. Les messieurs s'accordèrent à louer sa grande distinction, les dames à le trouver infiniment plus séduisant que Mr Bingley, et on le considéra, au début de la soirée, avec la plus vive admiration, jusqu'au moment où son attitude donna naissance à un mécontentement qui fit refluer la vague de sa popularité ; il s'avéra, en effet, qu'il était fier, qu'il s'estimait supérieur à toute la compagnie et qu'il ne daignait pas en être satisfait ; dès lors, tous ses immenses domaines du Derbyshire ne suffirent plus à l'empêcher d'avoir une physionomie rébarbative et désagréable, et de ne pouvoir en aucun cas être comparé à son ami.

Pages 25 à 26

 

Autres livres lus de Jane AUSTEN :

☺ Mansfield Park [my opinion]

☺ Persuasion [mon avis]

☺ Pride and Prejudice [my opinion]

 

     Orgueil et préjugé a été écrit par Jane AUSTEN. Il vient des Royaume-Uni et son titre original est Pride and prejudice. Il a été traduit par Béatrice Vierne. Il a été publié pour la première fois en 1813 et réédité en 2007 par l'édition du rocher dans la collection Motif. Il compte 623 pages.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans Romance Classique
commenter cet article
24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 09:00

Résumé :

     Trois peintres, l'un inconnu - Nicolas Poussin, le portraitiste de feu le roi Henry IV - Franz Porbus et un vieillard plein de mystères - le maître Frenhofer, discutent. Persuadé de maîtriser la technique absolue, Frenhofer se vante et évoque une mystérieuse peinture qu'il embellit sans cesse, sans pour autant en être entièrement satisfait...

A-t-il raison de se vanter ? Poussin et Porbus pourront-ils voir ce mystérieux tableau ?

 

Avis :

     J'aime beaucoup BALZAC, du coup je n'ai pas vraiment lu le résumé quand j'ai vu qu'on l'avait à la maison, avant de le mettre dans ma PAL. Le récit était prometteur, quand finalement j'ai lu la quatrième de couverture... Ce livre faisant moins de 200 pages, il était parfait pour la contrainte Un mois = Une consigne ! Et je l'ai lu ! Je ne sais pas trop quoi en penser, j'ai bien aimé, mais sans plus...

 

     Déjà, ça a plutôt mal commencé... J'ai d'abord lu la présentation, ce que j'ai horreur de faire, surtout quand je ne connais pas le roman. Donc, j'ai lu 20 pages de blabla où je ne comprenais rien aux comparaisons et liens avec d'autres auteurs n'ayant pas lu le texte... C'est ce que l'on appelle partir du mauvais pied, non ? Sans oublier, que la présentation est placée au début de l'édition, en même temps, normal, une présentation à la fait, c'est étrange. Mais quand la présentation est plutôt une analyse des influences et que Maurice Bruézière, son auteur te raconte tous les faits marquants de l'histoire, c'est beaucoup plus agaçant ! Résultat, je n'avais pas commencé la lecture du roman que je savais déjà ce qui allait se passer... Ce n'est pas très intelligent !

 

     Cela dit, l'histoire en elle-même est sympathique... Il y a du suspense, je voulais voir ce tableau mystère ! Mais j'avoue que j'ai été déçue, vu ce qui en était dit, je pensais vraiment que ça allait être une horreur [alors que c'est juste un vieillard qui ne se rend pas compte qu'il a juste effacé son œuvre...], mais non ! Franchement, c'est dommage... Et puis, la conclusion est franchement bizarre... [le suicide de Frenhofer] Ça va très vite et je ne sais pas, il m'a manqué quelque chose pour me dire "Voilà, c'est fini.". Là je me suis juste "Bon, ok.".

 

     J'ai eu la surprise à la fin du ce roman, de découvrir le conte dont BALZAC s'est inspiré : La leçon de violon d'E.T.A HOFFMANN. La trame de l'histoire est la même, sauf qu'au lieu de la peinture, c'est de la musique... Et j'ai adoré ce petit conte. Du coup, Le Chef-d'œuvre inconnu m'a paru beaucoup plus fade... Je trouve que le conte apporte beaucoup plus de surprises et d'émotions en 20 pages que BALZAC ne l'a fait en 50, c'est dommage...

 

     Pour les personnages, c'est un peu la même chose. Ceux d'HOFFMANN m'ont beaucoup plus plu que ceux de BALZAC. Poussin et Porbus, ils sont bien, mais je n'arrive pas à comprendre ce qu'ils veulent, leurs liens avec Frenhofer. Par contre, j'ai adoré la tirade de ce dernier sur la façon de rendre vivant une peinture. Cela dit, au vu de la fin de cette histoire, je ne garde de lui que l'image d'un vieillard sénile ! C'est dommage... 

 

     Je ne vais pas faire une vraie chronique pour La leçon de violon, donc, je vais donner quelques éléments dans cette chronique... Pour l'histoire, c'est fait, j'ai beaucoup aimé, même si je savais déjà en gros ce qui allait se passer, j'ai été surprise. Et la fin m'a fait rire... L'écriture est fraîche, agréable... Les personnages, le narrateur, le baron et Haak, sont vraiment pas mal... On sait pourquoi ils sont là et pourquoi ils restent... Bref, j'ai aimé... Il y a juste un truc que je ne pige pas : ce conte fait parti normalement du recueil Contes fantastiques d'HOFFMANN, pourtant je ne vois pas vraiment ce qu'il y a de fantastique... En tout cas, je pense que je vais essayer de lire d'autres livres de cet auteur que je ne connaissais pas !

 

Bien, mais fade à côté de La leçon de violon !

 

13 / 20 pour Le Chef-d'œuvre inconnu

16/20 pour La leçon de violon

 

Autres avis : Luna

Lu pour le challenge Un mois = une consigne, session mai 2015 [ma participation]

Lu pour le challenge des 170 idées [ma participation] → n°117 (vert)

Lu  pour le challenge New PAL 2015 [ma participation]

- Vous la trouvez bien ?
- Heu ! heu ! fit le vieillard, bien ; oui et non. Ta bonne femme n'est pas mal troussée, mais elle ne vit pas. Vous autres, vous croyez avoir tout fait lorsque vous avez dessiné correctement une figure et mis chaque chose à sa place d'après les lois de l'anatomie ! Vous coloriez ce linéament avec un ton de chair fait d'avance sur votre palette en ayant soin de tenir un côté plus sombre que l'autre, et parce que vous regardez de temps en temps une femme nue qui se tient debout sur une table, on croyait avoir copié la nature, vous vous imaginez être des peintres et avoir dérobé le secret Dieu !...

Pages 38 et 39

 

Autres livres lus d'Honoré de BALZAC :

☺ Eugénie Grandet [mon avis]

☺ La peau de chagrin [mon avis]

☺ Le père Goriot [mon avis]

☺ Misères et splendeurs des courtisannes [mon avis]

 

     Le chef-d'oeuvre inconnu a été écrit par Honoré de BALZAC. Il vient de France. Il a été publié pour la première fois en 1831 dans le journal Artiste en deux parties : Maître Frenhofer et Catherine  Lescault. Le texte a ensuite été modifé (la première partie est renommé Gillette) et réédité en 2005 par l'édition Le livre de poche. Il contient une présentation, écrite par Maurice Bruézière et le conte La leçon de violon d'Ernst Theodor Amadeus HOFFMANN. Ce conte a été publié pour la première fois en 1820 dans le recueil Contes fantastiques Il vient d'Allemagne et son titre original est Der Baron von B. Cette édition compte 94 pages, soit 31 pages de présentation, 46 pages pour Le chef-d'oeuvre inconnu et 13 pages pour La leçon de violon.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans Classique
commenter cet article

Bienvenue

Bienvenue à tous dans ma salade de livres, de films et de séries !

Je vous souhaite une bonne visite et plein de découvertes.

 

  ■■■

 

Tous les textes, sauf précisions, sont de moi-même.

Si vous les utilisez, veuillez me prévenir, et mettre un lien vers mon blog,

merci.

 

  ■■■

 

Bonne lecture à tous !

Recherche

Je suis aussi sur :

 

http://www.gizmodo.fr/wp-content/uploads/2011/06/Facebook.pnghttp://4.bp.blogspot.com/_g1RImRRq-Y0/TOE25eNE3CI/AAAAAAAAAOE/buOSsMTjxoQ/s1600/LIVRADDICT-LOGO.pnghttp://profile.ak.fbcdn.net/hprofile-ak-snc4/195793_165956200122587_2674852_n.jpghttp://f3.img.v4.skyrock.net/f3c/bi1-plus-k1-passion/pics/2675550942_small_1.jpg