Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 09:00

Résumé :

    Jean, la trentaine, est homo et enchaîne les conquêtes masculines. Mais lorsqu'il rencontre Laura, une jeune adolescente de 17 ans, il se sent tout de suite attiré par elle. Cependant, il est séropositif.

Doit-il lui dire ? Quels seront les conséquences de son choix ?

 

Avis :

     Je ne sais pas du tout pourquoi ce livre est dans ma PAL - personnelle en plus ! Enfin, bref, je ne savais pas de quoi ça parlait et quand je l'ai su, ça ne m'a pas vraiment envie de lire... Mais je l'ai quand même fait. Franchement, je pense que je vais être assez dure dans mes mots, mais ce que j'ai ressenti pendant ma lecture a été assez violent...

 

     Je n'ai pas aimé. En fait, je crois que c'est pire que ça, cette lecture m'a révoltée, mais pas dans le bon sens. J'ai été choquée pendant ma lecture par l'attitude des personnages, j'avoue que par moment ça m'a complètement écœurée... Je ne les comprends pas. Jean sait qu'il est séropositif, pourtant, ça ne le gène pas de risquer de contaminer tout son entourage, Laura est complètement cinglée, pourquoi s'acharne-t-elle à souffrir ? Et puis les descriptions des "tortures" infligées aux arabes, et notamment la mort de Chérif, m'ont complètement retourné l'estomac...

 

    J'avais entendu dire que ce livre était une sorte d'autobiographie, pourtant en le lisant, je n'ai pas trouvé qu'il donnait un bon point de vue sur les homosexuels. Je veux dire, on ne voit qu'insultes, prises de risque, coucheries à droite et à gauche... Franchement, je n'ai pas apprécié cette vision... Je trouve que le sujet est vraiment sympa, la découverte du SIDA, les réactions... Je ne pense pas que l'auteur était obligé d'aller dans ces extrèmes... En même temps, si lui a vécu comme ça, je ne peux pas lui reprocher d'avoir écrit une autobiographie qui lui ressemblait !

 

    Je n'ai pas pu me raccrocher aux personnages, comme je le fais d'habitude quand je n'aime pas l'histoire. Ici, je dois dire que j'ai été jusqu'à les détester... Jean est égoïste. Laura est cinglée. Au début, je l'aime bien, mais dès qu'elle commence à ne plus vouloir le lâcher, j'avoue qu'elle m'a fait pitié et je n'ai plus réussi à la comprendre... Les autres sont sympa, mais sans plus... Disons que Samy, Jamel, ne sont pas des models de vertu et c'est pour ça que j'ai eu du mal à m'attacher à eux...

 

    La fin est bien, mais je trouve que l'on a pas vraiment avancé depuis le début du roman... J'aurais aimé finir avec une réelle évolution dans sa maladie, ou dans sa façon d'agir avec les autres... Mais là, rien... Je ne pense pas que je regarderai le film... Vu mes sentiments vis à vis du livre, je vois mal comment je pourrais retenter l'aventure...

 

Je n'ai pas aimé la vision proposée, trop dépravée et égoïste !

 

9/20

 

Autres avis : Luna

Lu pour le challenge Un mois = une consigne, session mai 2015 [ma participation]

Lu pour le challenge Le jeu des 7 familles [ma participation] → le fils Grantécran

Lu pour le challenge des 170 idées [ma participation] → n°14 (la personne qui partage son lit)

Lu  pour le challenge New PAL 2015 [ma participation]

Bonus : Challenge Gourmand, session 3  [ma participation]

Je me réveillant sursaut. La mort était là ; dans la forme effrayante d'un tas de vêtements posés sur une chaise au pied de mon lit, distinguée des ténèbres par un rayon de lune. Elle était là depuis deux ans, jour après jour, minute après minute ; elle me séparait du monde. Cerveau liquéfié, obscurci, comprimé par une masse informe, par du mou bourré sous mon crâne, du poumon de bœuf sanglant accroché à ma nuque.
Elle était là depuis que j'avais lu les premiers articles sur le sida. J'avais eu la certitude immédiate que la maladie serait une catastrophe planétaire qui m'emporterait avec des millions d'autres damnés. Du jour au lendemain j'avais changé mes pratiques de sexe. Avant, je cherchais dans le soir des garçons qui me plaisaient ; j'étais exigeant.

Page 10

 

     Les nuits fauves a été écrit par Cyril COLLARD. Il vient de France. Il a été publié pour la première fois en 1989 par l'édition Flammarion-Paperview dans la collection Les classiques de l'érotisme. Il compte 191 pages.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans autobiographie drame
commenter cet article
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 09:00

Résumé :

   John et Jenny sont de jeunes mariés qui ont décidé, pour tester leur capacité à s'occuper d'un être vivant, d'adopter un chien. Ils n'avaient seulement pas envisagé que Marley, leur chien enchainerait les bêtises...

Quelles bêtises va-t-il faire ? Vont-ils le garder ?

 

Avis :

      Il y a quelques années, j'avais vu le film tiré du roman, et je l'avais adoré ! Depuis, dès que j'en ai l'occasion, je ne me lasse pas de le revoir. Du coup, quand j'ai découvert qu'il y avait aussi un roman et que ma sœur l'avait emprunté, je me suis empressée de m'assurer qu'elle ne le rendrait pas sans que je l'ai lu ! Je vais être franche, j'ai bien aimé, mais finalement sans plus...

 

      Je ne sais pas trop comment m'expliquer, mais j'ai trouvé le roman assez superficiel au final. Certes Marley fait quelques bêtises, mais c'est toujours les mêmes qui reviennent. Autant dans le film, elles se renouvelaient sans cesse, autant là, elles m'ont paru se répéter. Au final, elles ne m'ont fait ni chaud, ni froid. Je pense aussi que le problème c'est que le livre ne ressemble pas du tout au film, les péripéties sont complètement différents, et plus loin de moi !

 

      Ce qui m'amène donc aux personnages. Certes, ils m'ont plu, mais je ne me suis pas attachée à eux plus que ça. Surtout par rapport au chien. Quand j'ai vu le film, j'avais l'impression de connaître Marley, comme s'il m'appartenait, et du coup, je ressentais la même chose que les Grogan. Mais là, ce n'est pas pareil, leurs actions ne m'a pas touchée de la même façon, je n'ai pas eu l'impression d'être un membre de leur famille, plus une connaissance à qui on raconte les déboires de son chien !

 

      Seule la fin m'a vraiment plu. Elle est vraiment pleine d'émotions. On ne peut pas dire que je sois quelqu'un de très émotif, surtout pour les livres, mais là, j'avais presque les larmes aux yeux. L'impression de laisser un ami derrière moi. Cependant, je n'ai pas vraiment aimé les dernières phrases, c'était comme s'il pouvait être remplacé...

 

      Juste une toute petite chose, j'ai eu du mal avec la chronologie dans ce livre. Pas parce qu'elle n'est pas respectée, plus, parce que pour moi, le temps ne passait pas aussi vite. Je ne sais pas, il aurait peut-être plus insister, mais ça m'a dérangée par moment, comme si 10 ans s'écoulait sans qu'on les ait vu passer !

 

Bien, mais surtout grâce à la fin !

 

14/20

 

Autres avis : Luna

Lu pour le challenge Un mois = une plume [ma participation]

Bonus : Challenge Gourmand, session 1 [ma participation]

Je me levai, je tournai le dos aux chiots, puis je me retournai sans crier gare en faisant un brusque pas en avant. J'envoyai mon pied en l'air et je criai : "Hé !" Pas un chiot ne paru concerné par les gesticulations d'un étranger. Mais l'un d'eux s'avança, prêt à affronter l'ennemi. C'était le chenapan. Il se rua sur mes pieds et s'attaqua à mes lacets comme s'ils étaient de dangereux assaillants.
- Je crois que c'est le destin, dit Jenny.
- Tu crois ?

Page 23

 

   Marley et moi a été écrit par John GROGAN. Il vient des tats-Unis et son titre original est Marley and me : Life and love with the world's worst dog. Il a été traduit par Carole Delporte. Il a été publié pour la première fois en 2005 et réédité en 2007 par l'édition JC Lattès. Il compte 356 pages.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans Contemporain autobiographie
commenter cet article
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 07:00

Résumé :

Christine et ses parents ont enfin réussi à traverser illégalement la frontière austro-hongroise, mais les soucis ne s'arrêtent pas là : ils n'ont pas d'argent... Christine ne veut pas rester dans le camp de réfugiers.

Va-t-elle réussir ?

 

Avis :

     Quand j'ai vu ce livre, je ne comptais lire que la première partie, celle intitulée J'ai quinze ans et je ne veux pas mourir. Mais arrivée à la fin, j'ai eu envie de découvrir ce qui avait pu lui arriver ensuite. Et c'est finalement avec envie et entrain que j'ai commencé cette seconde partie. Je dois dire que j'ai beaucoup aimé et même préféré ce livre...

 

      La, on se retrouve vraiment dans les galères d'une jeune femme et j'ai beaucoup aimé voir tous ce qu'elle a pu faire pour s'en sortir... Le titre prend vraiment toute sa signification. Et puis, en lisant cette vie, j'ai vu la naissance d'une écrivaine... Je sais que ça peut paraître étrange, mais j'ai été plus émue dans ce second livre que lorsqu'elle racontait le siège de Budapest. Dans son écriture, il y avait plus d'espoir, de sentiments...

 

     Franchement, je dis bravo à l'auteur pour avoir survécu à cette vie. Je ne sais pas comment elle a fait, mais elle n'a pas cessé de se battre, enfin au moins pendant la période développée dans son livre. Je me suis plus attachée à elle ici que pendant le siège, je ne sais pas pourquoi, mais elle m'a semblé moins lointaine... Plus proche de moi.

 

     Par contre, même si la fin est bien, j'ai eu envie de savoir ce qui s'est passé après. J'ai eu l'impression de quelque chose de ne pas finie... La conclusion est belle, mais tout ne s'arrête pas à ça, si ? Et puis, j'aurai aimé en savoir plus sur George, se qu'il s'est passé entre eux... J'ai un peu l'impression d'être laissée sur ma faim, c'est dommage ! Mais bon, elle était peut-être rendu à l'époque où elle l'a écrite...

 

     Tiens d'ailleurs, ce n'est qu'un détail, mais j'aurais aimé avoir plus de dates ou des rappels un peu plus souvent. Parce que j'ai parfois eu du mal à me représenter les durées... Et je me suis un peu perdue... Au final, le livre raconte combien de temps de sa vie ? Je suis incapable de le dire...

 

Une seconde partie vraiment passionnante !

 

16/20

Mon arrivée à Vienne n'avait frappé personne... Nous marchions dans les rues, moins sensibles à une pluie excessive qu'au regard cruel du garçon de café nous révélant que les schillings achetés à notre guide étaient faux. Maman lui avait laissé sa dernière bague et, maintenant poussés par la crainte, nous courions presque, mais vers une destination inconnue.

page 131

 

Autres livres lus du même auteur :

☺ J'ai quinze ans et je ne veux pas mourir [mon avis]

 

     Il n'est pas si facile de vivre a été écrit par Christine ARNOTHY, auteur d'origine hongroise. Il a été publié pour la première fois en 1957. Mon édition le regroupe avec la première partie de son autobiographie : J'ai quinze ans et je ne veux pas mourir. Publiée en 2002 par l'édition Fayard, elle compte 330 pages, mais seul 211 pages composent ce roman.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans historique autobiographie
commenter cet article
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 07:00

Résumé :

     Agée d'à peine quinze ans, Christe Arnithy habite Budapest. Elle vit dans le quartier de Buda, envahi par les allemands. Caché dans la cave de son immeuble, les bombardements, le manque d'eau et de nourriture sont son lot quotidien. Elle attend l'arriver des russes...

Vont-ils libérer le quartier ? Que vont-ils faire ?

 

Avis :

     Je ne suis pas une fan des autobiographies, et du coup, je ne peux pas dire que j'ai adoré. Mais quand j'ai vu qu'il faisait parti d'un des challenges et que ma soeur l'avait emprunté à la bibli, je me suis dit "pourquoi pas ?". Surtout qu'il fait parti d'une liste de livre qu'une prof de français avait conseillé de lire. Et puis ma mère a dit qu'elle l'avait lu à mon age et avait beaucoup aimé... Alors c'est parti !

 

     C'est difficile de juger une autobiographie, car ça revient à juger la vie d'une personne. Mais je peux critiquer son écriture. J'ai souvent eu l'impression de survoler les évènements. Je ne sais pas trop comment m'expliquer, mais parfois, j'aurais aimé plus de détails. C'est étrange de dire ça, mais souvent c'était "Truc est mort.". Et du coup, je n'ai pas été bouleversée par ce qu'il se passait... Je n'ai pas eu l'impression d'être beaucoup affectée, et  que même dans son écriture, l'auteur ne donne pas beaucoup d'éléments sur ce qu'elle a ressenti. Après, c'est peut-être seulement moi, mais il y a quelque chose qui m'a gêné là-dedans...

 

     Cela dit, je ne dis pas que ce qui se passe n'est pas intéressant, non, loin de là... L'expédition pour aller chercher de l'eau par exemple est vraiment pas mal, avec un peu de suspense... Et même si la peur n'était pas au rendez-vous, j'ai aimé suivre l'auteur dans sa vie... Mais malheureusement, comme je connais mal l'histoire de ce siège, j'ai par moment eu l'impression que des données me manquaient... Bien sûr ce n'est pas de la faute du livre, mais j'aurais aimé qu'il y ait, peut-être au début, un petit rappel...

 

     La fin de cette oeuvre donne en quelque sorte envie de lire la suite. Quand je suis arrivée à la dernière ligne, je n'ai pas pu m'empêcher de me demander ce qui a pu lui arriver ensuite. Pour être franche, quand j'ai commencé ce livre; je n'avais pas l'intention de lire la seconde partie "Il n'est pas si facile de vivre". Mais là, j'avoue que j'hésite... Je pense que je vais quand même la lire, et puis cette fois, nous sommes plus loin de la guerre, non ?

 

Un témoignage intéressant, mais qui ne m'a pas vraiment ému...

 

13/20

(Attention, je ne note que l'écriture de l'auteur et non les évènements développés)

 

  Lu dans le cadre du Baby-Challenge Livraddict Historique 2013 [ma progression]

Cette nuit-là, vers onze heures, un gros bombardier s'acharna contre nous. Le sol, violemment secoué, résonnait sous nos pieds. J’enfouis ma tête dans mon oreiller. Mais, tout à coup un calme étrange m'envahit. "Mon Dieu, murmurai-je, que Votre volonté soit faite..."

page 19

 

Autres livres lus du même auteur :

☺ Il n'est pas si facile de vivre [mon avis]

 

J'ai quinze ans et je ne veux pas mourir a été écrit par Christine ARNOTHY, narratrice du roman. L'auteur, d'origine hongroise le fait paraître pour la première fois en 1955. Il a été publié en 2002 avec sa seconde autobiographie Il n'est pas si facile de vivre dans l'édition Fayard. Il compte 333 pages, mais seul 118 pages composent ce roman.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans autobiographie historique
commenter cet article
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 23:03

Résumé :

   Inconnu à cette adresse est l'ensemble des lettres échangées entre deux amis. L'un est un vendeur d'art juif, Max Einsenstein. Il vit à San Francisco. Et l'autre est son ancien associer qui rentre en Allemagne avec sa femme Elsa et ses trois fils. Martin Schulse est considéré comme milliardaire en Allemagne.

   Quand Adolf Hitler est devenu chancelier en 1933, les deux amis sont obligés d'arrêter de s'écrire, sinon, Martin aurait de graves ennuis. Les deux hommes se brouillent, car Max n'est pas d'accord avec les persécutions des juifs en Allemagne, alors que Martin les pense nécessaire pour la re-naissance de son pays.

   Max ne respecte pas les demandes de Martin et continue à lui écrire, ce qui pose des problèmes à Martin.

   Ce livre est donc composé de chaque lettre échangée par les deux hommes.

 

Avis : 

    Inconnu à cette adresse est un livre intéressant. Mais je trouve que pour un roman historique, on n'apprend pas grand chose, on voit juste la vision qu'ont les allemands sur l'antisémitisme de Hitler. Chose, que nous ne pouvons pas comprendre ni envisager, mais que les habitants de l'Allemagne à cette époque trouvaient nécessaire.

   Les personnages (ou plutôt personnes, vu qu'ils ont réellement existé) sont géniaux, mais l'attitude de Max, qui sois disant est un ami est très dérangeante. Il ne se rend vraiment pas compte qu'il peut mettre en danger la vie de son "frère". Sérieusement, pourquoi n'arrête-t-il pas de correspondre ?

    Le récit est rythmé, même si les lettres de Martin sont toujours pour la même chose : arrêter d'écrire ! De plus, comme les points de vue sur l'antisémitisme sont échangés, l'histoire est enrichie.

   Ce livre est vraiment très simple à lire, il est écrit dans une police vraiment très grosse et il se comprend très bien. De plus, on le finit très rapidement.

   J'ai lu ce livre avec grand plaisir. Il produit sur nous de la colère, car Max ne lâche pas son ami et continue de lui écrire, alors que celui-ci l'a prévenu qu'il pourrait être arrêté pour correspondance avec un juif. Je trouve ça vraiment méchant de la part de Max. Même s'il est énervé à cause de la mort de sa soeur chez son ami, qui ne pouvais rien faire de plus. De plus, j'aurais aimé connaître le futur des deux personnages après la fin de leur correspondance.

 

Ce livre est bien, mais il manque un petit quelque chose !

 

17/20

 

Autres avis : Luna

 

  Inconnu à cette adresse est l'ensemble des lettres échangées par Max Einsenstein et Martin Schulse. Elles ont été réunies par Katherine Krussmann Taylor et éditées par le livre de poche en 1938. Ce roman comporte 18 lettres et 1 cablogramme, en tout, il faut compter 84 pages.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans historique épistolaire autobiographie
commenter cet article
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 14:06

Résumé :

   Ce livre est le journal intime de la petite Anne Frank. Anne Frank est une jeune fille juive qui a alors 13 ans. Elle est allemande, mais a émigré très jeune au Pays Bas. Elle tiendra son journal pendant la seconde guerre mondiale durant laquelle elle dut se cacher avec sa famille pour ne pas être arrêtée. Elle le commença le 14 juin 1942 et il se termine à la date du 1 août 1944.

   Après avoir reçu une convocation envoyée par l'Etat allemand, sa famille décida de partir plus tôt dans la cachette qu'ils avaient préparée. Cet endroit est une annexe située sur le lieu de travail de son père.

   Une autre famille les rejoignit, les Van Daan : un couple et son fils s'ajouta et compliqua toutes les relations. Un peu après, un dentiste, M. Dussel se réfugia dans l'annexe.

   Beaucoup de discussions (mot utilisé par sa famille pour parler de dispute) eurent lieu. Anne était considérée comme une petite fille trop gâtée. Ce défaut était accompagné de bien d'autres que tous les habitants de l'annexe ne manquèrent pas de faire remarquer. Anne vécu très mal cette situation et ses relations avec les autres. Elle nous décrivit dans son journal ses journées et nous livra ses états d'âmes.

 

Avis :

     Ayant du lire ce livre pour l'école, ce n'est pas mon genre. De plus, n'aimant pas ce qui se rapporte aux guerres et surtout sur l'exécution et les problèmes concernant les juifs pendant la seconde guerre mondiale, le sujet avait tout pour ne pas me plaire. Pourtant, c'était très intéressant car il y a très peu de témoingnages aussi complet et sur une période aussi longue. En prime, cela a été rédigé par une jeune fille qui n'avait au début pas prévu d'être éditée.

 

     Personnellement, comme dès le prologue on sait que seul le père survivra sur les huit, j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher aux autres personnes. En plus, ils semblent tous invivables avec tous leurs défauts, ils me semblent donc beaucoup moins sympatiques qu'ils ne l'étaient sans doute en réalité.

 

   Même s'il y a pas mal "d'aventures", certains passages sont vraiment longs. De plus, c'est toujours les mêmes angoisses qui reviennent ou les mêmes "discutions".

 

   Ce journal se lit plutôt facilement, même s'il a été édité dans une police très petite. Comme certains passages sont un peu ennuyeux, le texte devient long à lire.

 

   On n'est pas heureux "d'assiter" aux longues péripéties de la famille Frank. On sait que 7 personnes sur 8 seront tuées dans les camps. On attend ce moment, sans enthousiasme. En plus, certains passages sont répétitifs et donc très ennuyeux.

 

Pour la culture, il est important de lire ce journal, mais il ne faut pas s'attendre à rire.

 

13,5/20

 

  Après la mort de Anne Frank, son père réalise le souhait de sa fille qui était de publier son journal. Cette édition comporte des passages rajoutés par Otto lorsqu'il appris que les Pays Bas voulait publier tout ce qui témoignait de la douleur et des conditions de vie des habitants et surtout des juifs pendant cette horrible guerre. Le journal d'Anne Frank édité par le livre de poche comporte donc des pages inédites ! Anne va utiliser dans son journal des pseudonymes pour parler des personnes qui l'entourent. Il comporte environs 350 pages en comptant prologue, épilogue et postface (seul le prologue et l'épilogue sont indispensables à lire) .

      

Repost 0

Bienvenue

Bienvenue à tous dans ma salade de livres, de films et de séries !

Je vous souhaite une bonne visite et plein de découvertes.

 

  ■■■

 

Tous les textes, sauf précisions, sont de moi-même.

Si vous les utilisez, veuillez me prévenir, et mettre un lien vers mon blog,

merci.

 

  ■■■

 

Bonne lecture à tous !

Recherche

Je suis aussi sur :

 

http://www.gizmodo.fr/wp-content/uploads/2011/06/Facebook.pnghttp://4.bp.blogspot.com/_g1RImRRq-Y0/TOE25eNE3CI/AAAAAAAAAOE/buOSsMTjxoQ/s1600/LIVRADDICT-LOGO.pnghttp://profile.ak.fbcdn.net/hprofile-ak-snc4/195793_165956200122587_2674852_n.jpghttp://f3.img.v4.skyrock.net/f3c/bi1-plus-k1-passion/pics/2675550942_small_1.jpg