Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 09:44

Ce challenge est organisé par Phillippe

 

Une contrainte est régulièrement choisie. Elle concerne le titre de nos lectures. Le but, lire un livre la respectant...

 

Ce mois-ci la contrainte est :

ENFANCE

Autrement dit, le titre doit avoir un rapport avec l'enfance (jouets, bébé, enfant...)

Et on a jusqu'au 5 JUILLET 2015 pour le ou les lire !

 

Pour participer, c'est ici

 

Moi, j'ai lu :

☺ Vampire Academy, tome 4 de Richelle MEAD [mon avis]

Bubble Gum de Lolita PILLE [mon avis]

☺ Guenièvre, tome 1 : L'enfant reine de Nancy McKENZY [mon avis]

☺ Un jeu interdit, tome 1 de L.J. SMITH [mon avis]

☺ Un jeu interdit, tome 2 de L.J. SMITH [mon avis]

 

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans Challenges
commenter cet article
24 mai 2015 7 24 /05 /mai /2015 09:00

Résumé :

     Trois peintres, l'un inconnu - Nicolas Poussin, le portraitiste de feu le roi Henry IV - Franz Porbus et un vieillard plein de mystères - le maître Frenhofer, discutent. Persuadé de maîtriser la technique absolue, Frenhofer se vante et évoque une mystérieuse peinture qu'il embellit sans cesse, sans pour autant en être entièrement satisfait...

A-t-il raison de se vanter ? Poussin et Porbus pourront-ils voir ce mystérieux tableau ?

 

Avis :

     J'aime beaucoup BALZAC, du coup je n'ai pas vraiment lu le résumé quand j'ai vu qu'on l'avait à la maison, avant de le mettre dans ma PAL. Le récit était prometteur, quand finalement j'ai lu la quatrième de couverture... Ce livre faisant moins de 200 pages, il était parfait pour la contrainte Un mois = Une consigne ! Et je l'ai lu ! Je ne sais pas trop quoi en penser, j'ai bien aimé, mais sans plus...

 

     Déjà, ça a plutôt mal commencé... J'ai d'abord lu la présentation, ce que j'ai horreur de faire, surtout quand je ne connais pas le roman. Donc, j'ai lu 20 pages de blabla où je ne comprenais rien aux comparaisons et liens avec d'autres auteurs n'ayant pas lu le texte... C'est ce que l'on appelle partir du mauvais pied, non ? Sans oublier, que la présentation est placée au début de l'édition, en même temps, normal, une présentation à la fait, c'est étrange. Mais quand la présentation est plutôt une analyse des influences et que Maurice Bruézière, son auteur te raconte tous les faits marquants de l'histoire, c'est beaucoup plus agaçant ! Résultat, je n'avais pas commencé la lecture du roman que je savais déjà ce qui allait se passer... Ce n'est pas très intelligent !

 

     Cela dit, l'histoire en elle-même est sympathique... Il y a du suspense, je voulais voir ce tableau mystère ! Mais j'avoue que j'ai été déçue, vu ce qui en était dit, je pensais vraiment que ça allait être une horreur [alors que c'est juste un vieillard qui ne se rend pas compte qu'il a juste effacé son œuvre...], mais non ! Franchement, c'est dommage... Et puis, la conclusion est franchement bizarre... [le suicide de Frenhofer] Ça va très vite et je ne sais pas, il m'a manqué quelque chose pour me dire "Voilà, c'est fini.". Là je me suis juste "Bon, ok.".

 

     J'ai eu la surprise à la fin du ce roman, de découvrir le conte dont BALZAC s'est inspiré : La leçon de violon d'E.T.A HOFFMANN. La trame de l'histoire est la même, sauf qu'au lieu de la peinture, c'est de la musique... Et j'ai adoré ce petit conte. Du coup, Le Chef-d'œuvre inconnu m'a paru beaucoup plus fade... Je trouve que le conte apporte beaucoup plus de surprises et d'émotions en 20 pages que BALZAC ne l'a fait en 50, c'est dommage...

 

     Pour les personnages, c'est un peu la même chose. Ceux d'HOFFMANN m'ont beaucoup plus plu que ceux de BALZAC. Poussin et Porbus, ils sont bien, mais je n'arrive pas à comprendre ce qu'ils veulent, leurs liens avec Frenhofer. Par contre, j'ai adoré la tirade de ce dernier sur la façon de rendre vivant une peinture. Cela dit, au vu de la fin de cette histoire, je ne garde de lui que l'image d'un vieillard sénile ! C'est dommage... 

 

     Je ne vais pas faire une vraie chronique pour La leçon de violon, donc, je vais donner quelques éléments dans cette chronique... Pour l'histoire, c'est fait, j'ai beaucoup aimé, même si je savais déjà en gros ce qui allait se passer, j'ai été surprise. Et la fin m'a fait rire... L'écriture est fraîche, agréable... Les personnages, le narrateur, le baron et Haak, sont vraiment pas mal... On sait pourquoi ils sont là et pourquoi ils restent... Bref, j'ai aimé... Il y a juste un truc que je ne pige pas : ce conte fait parti normalement du recueil Contes fantastiques d'HOFFMANN, pourtant je ne vois pas vraiment ce qu'il y a de fantastique... En tout cas, je pense que je vais essayer de lire d'autres livres de cet auteur que je ne connaissais pas !

 

Bien, mais fade à côté de La leçon de violon !

 

13 / 20 pour Le Chef-d'œuvre inconnu

16/20 pour La leçon de violon

 

Autres avis : Luna

Lu pour le challenge Un mois = une consigne, session mai 2015 [ma participation]

Lu pour le challenge des 170 idées [ma participation] → n°117 (vert)

Lu  pour le challenge New PAL 2015 [ma participation]

- Vous la trouvez bien ?
- Heu ! heu ! fit le vieillard, bien ; oui et non. Ta bonne femme n'est pas mal troussée, mais elle ne vit pas. Vous autres, vous croyez avoir tout fait lorsque vous avez dessiné correctement une figure et mis chaque chose à sa place d'après les lois de l'anatomie ! Vous coloriez ce linéament avec un ton de chair fait d'avance sur votre palette en ayant soin de tenir un côté plus sombre que l'autre, et parce que vous regardez de temps en temps une femme nue qui se tient debout sur une table, on croyait avoir copié la nature, vous vous imaginez être des peintres et avoir dérobé le secret Dieu !...

Pages 38 et 39

 

Autres livres lus d'Honoré de BALZAC :

☺ Eugénie Grandet [mon avis]

☺ La peau de chagrin [mon avis]

☺ Le père Goriot [mon avis]

☺ Misères et splendeurs des courtisannes [mon avis]

 

     Le chef-d'oeuvre inconnu a été écrit par Honoré de BALZAC. Il vient de France. Il a été publié pour la première fois en 1831 dans le journal Artiste en deux parties : Maître Frenhofer et Catherine  Lescault. Le texte a ensuite été modifé (la première partie est renommé Gillette) et réédité en 2005 par l'édition Le livre de poche. Il contient une présentation, écrite par Maurice Bruézière et le conte La leçon de violon d'Ernst Theodor Amadeus HOFFMANN. Ce conte a été publié pour la première fois en 1820 dans le recueil Contes fantastiques Il vient d'Allemagne et son titre original est Der Baron von B. Cette édition compte 94 pages, soit 31 pages de présentation, 46 pages pour Le chef-d'oeuvre inconnu et 13 pages pour La leçon de violon.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans Classique
commenter cet article
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 09:00

Résumé :

    Claire est médecin. Alors que son sac a été volé, un homme vient lui rapporter. Entre eux naît une attirance, mais il est marié et père de deux enfants qu'il ne quittera pas. Pour ne pas oublier une minute passée ensemble, Claire garde systématiquement un objet : un sucre, un sachet de préservatif vide...

Ont-ils de l'avenir ensemble ?

 

Avis :

    Je ne me souvenais pas que j'avais mis ce livre dans ma PAL. Heureusement, grâce au challenge Un mois = Une consigne, j'ai pu y repenser et le lire... J'ai été captivée par l'histoire, franchement je l'ai lu d'une traite, mais d'un autre côté, je ne vois pas l'intérêt de l'histoire. Il me reste beaucoup de questions en suspens et c'est dommage... Au final, je trouve ce roman assez vague !

 

    L'histoire est vraiment pas mal... Il y a une sorte de suspense, car j'avais toujours envie de savoir ce qui allait se passer. Pourtant, quand j'y repense, il ne se passe pas grand chose de surprenant ! Mais je ne sais pas, il y avait quelque chose d'addictif dans ce roman... Je pense qu'au aurait pu aller plus loin dans l'histoire, notamment à propos des raisons des personnages. [pourquoi a-t-il menti ? Et pourquoi recommence-t-elle à collectionner ces objets ?] Parce que arrivée à la fin de l'histoire, en fait, dès la révélation de Thomas, j'ai été un peu larguée... Je n'arrive pas à comprendre les raisons et je trouve que ça manque !

 

     Les personnages sont sympas, j'ai aimé leur façon d'être. Mais j'ai un gros problème : je n'arrive pas à les comprendre. Ne comprenant pas les raisons qui les ont poussé à agir comme ça, je n'ai pas pu m'y attacher. Claire est sympa, mais elle m'a l'air un peu cinglée... Plus j'avançais dans le roman, plus je la trouvais malsaine. Vous savez, comme si elle n'était pas stable psychologiquement ou saine d'esprit... Mais sans réponse, sans approfondissement, impossible de le savoir. Thomas est sympa, mais je ne vois pas les raisons qui l'ont poussé à mentir et à agir comme il le fait [qu'il ne soit pas marié, qu'il ne reste que 1h30, etc]. Et puis, il y a les autres personnages... J'ai été vraiment surprise que Claire n'aide pas plus son amie Marie [alors qu'elle est en pleine déprime]. Comme si elle n'en avait rien à faire. La description de sa famille ou de Michel est la même, on dirait qu'ils lui sont indifférents, comme s'ils ne comptaient pas... C'est étrange, je trouve !

 

     Je ne peux pas ajouter grand chose... La fin est comme le reste de l'histoire. J'avoue que quand j'ai compris que j'étais arrivée à la dernière page, j'ai cru que j'avais raté des pages ! Je ne voulais pas croire que ça s'arrête comme ça, sans explication et avec un mystère aussi énorme ! Alors il y a deux solutions, soit je n'ai rien compris aux sous-entendus (ce qui ne serait pas la première fois), soit le texte n'est pas assez clair ! Je pense que c'est un mélange des deux, mais c'est dommage qu'il n'y ait rien de plus...

 

Pas mal, mais il me reste trop de questions !

 

14/20

 

Lu pour le challenge Un mois = une consigne, session mai 2015 [ma participation]

Lu pour le challenge des 170 idées [ma participation]  n°119 (de cheveux)

Lu  pour le challenge New PAL 2015 [ma participation]

Brusquement Thomas lui saisit le poignet, le poignet droit, pour immobiliser la petite canne. Il se pencha vers Claire. Il avait quelque chose de très important à lui dire.
Il lui serra fort le poignet.
Il était pas venu au rendez-vous, non qu'il ne souhaitât pas la voir. Au contraire. Il voulait la voir sans arrêt, tous les jours. Mais il ne pouvait pas. Il ne devait pas.
- Pourquoi ?
- Parce que j'ai une femme et deux enfants. Je ne les quitterai jamais. Et je ne veux pas de faire souffrir.
Claire ne dit rien. Il lâcha son poignet. Elle ne déplaça pas son bras. Il restait sur la table, inerte. Sa peau, rendue chaude par la main de Thomas, se refroidissait déjà.
Même si elle n'avait rien à attendre de lui, elle continuerait à le voir.

Page 27

 

     Sa femme a été écrit par Emmanuèle BERNHEIM. Il vient de France. Il a été publié pour la première fois en 1993 et réédité en 1994 par l'édition France Loisir. Il compte 114 pages.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans Contemporain Romance
commenter cet article
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 09:00

Résumé :

     Hell est ce que l'on pourrait appeler une privilégiée, elle habite le XVIe arrondissement de Paris, ne travaille pas, dort la journée, sort, fume, se drogue et couche avec des gars différents tous les soirs. En fait, elle dépense chaque jour l'équivalent d'un salaire moyen... Mais tout va changer le jour où elle rencontre Andrea, son double masculin...

Que va-t-il se passer entre eux ? Peut-on changer du jour au lendemain ?

 

Avis :

    Quand j'ai lu le résumé, je me suis dit que ce roman allait être amusant. Dans un sens, je ne me suis pas trompée, mais de l'autre, j'avoue être un peu déçue. Je m'attendais à plus. En fait, le problème, c'est qu'on reste toujours sur la même chose : les fêtes, la drogue... Je trouve dommage que l'histoire n'aille pas plus loin. Mais d'un autre côté, tout est basé sur les sentiments d'Hell et tout ce qu'elle ressent. Son quotidien est celui qui nous est raconté, la vraie histoire se cache dans ses émotions !

 

    Pendant un moment, je dirai 70 pages, je me suis vraiment demandée où l'auteur nous emmenait. J'aimais l'histoire, mais je ne voyais pas son but, comme s'il l'héroïne n'avait pas d'objectif. Je pense qu'en fait, c'est ce qui se passe, Hell ne désire rien, et voilà qu'Andrea arrive et lui chamboule tout ! Et c'est à ce moment-là que je me suis rendu compte que c'était ça l'intérêt du roman : voir comment elle allait gérer cette perturbation...

 

    Je peux difficilement dire que je me suis attachée aux personnages. Je n'ai pas du tout le même mode de vie, et contrairement à ce que Hell croit, je ne l'envie pas du tout (sauf peut-être pour les voitures !). Cette vie de débauche ne me plait pas et c'est pour ça que Hell... En fait, c'est étrange, j'allais dire que je ne l'avais pas appréciée, pourtant ce n'est pas vrai. Quand j'y repense, j'ai de la peine et je pense que ce serait une chic fille si elle n'était pas aussi riche ! En gros, ce que j'essaye de dire, c'est que bien qu'elle ne me ressemble pas, j'ai pris plaisir à lire sa vie. Ce qui la rend si sympathique, c'est le ton qu'elle emploie. Je sais bien que c'est l'auteur qui écrit, mais j'ai eu l'impression que Hell était en face de moi et me déballait sa vie...

 

     Ses amies ressemblent beaucoup à Hell et j'avoue que je les ai trouvées la plupart du temps sacrément stupides... On dirait qu'elles n'ont qu'un petit pois en guise de cerveau ! Mais Andrea est là... Et même s'il tourne de plus en plus mal, j'ai aimé sa personnalité, sa manière de tout vouloir contrôler. Il n'y a qu'un seul chapitre où c'est directement lui qui nous raconte ce qu'il vit, et je pense que c'est l'un des passages les plus surprenants et celui que j'ai préféré... Même si je dois dire que la fin est horrible [l'accident mortel d'Andréa] ! Je ne m'y attendais pas et on repart avec la vision de Hell... Pendant 3 chapitres, il y a un suspense et un espoir monstre !

 

     Je ne sais pas trop quoi penser des derniers chapitres... En soit comme le dit Hell, on ne pouvait pas s'attendre à autre chose. Mais d'un autre côté, j'aurais tellement aimé que ça finisse bien ! Elle a bon fond, et je trouve dommage qu'elle ait une vie comme la sienne... Mais d'un côté, je la comprends mieux maintenant qu'au début du roman... Elle sait exactement pourquoi elle agit comme ça. Hell m'a surprise et déçue dans un sens, elle n'a pas pu se contenter de ce qu'elle avait, [il a fallu qu'elle retourne se droguer et picoler en entraînant Andréa avec elle] et tout à dégénérer...

 

     J'ai conscience, en écrivant cette chronique de donner un avis plutôt positif sur ce roman. Pourtant, je n'arrive pas à me décider. Est-ce que je l'ai vraiment beaucoup aimé ? Ou est-ce juste une lecture agréable ? Je n'arrive pas à le considérer comme une super lecture, mais je ne sais quoi dire de négatif... Tout ne m'a pas plu, mais globalement, j'ai apprécié ! En tout cas, je le conseille. On découvre un autre mode de vie... Comme quoi l'argent ne fait pas le bonheur !

 

Des personnages peu recommandables, mais attachants !

 

15/20

 

Lu pour le challenge Un mois = une consigne, session mai 2015 [ma participation]

Lu pour le challenge des 170 idées [ma participation] → n°8 (collier)

Lu  pour le challenge New PAL 2015 [ma participation]

Et vous qui rêvez de notre opulence éclatante et dorée... Ce n'est que du plaqué. Du fric, des bagnoles, des amis, des maisons partout, nos entrées partout... Et on n'a jamais rien à faire. Et on se crache tous à la gueule.
La vérité, c'est qu'on s'emmerde profondément parce qu'on a plus rien à désirer.
Le monde est trop petit, à huit ans, on en avait déjà fait dix fois le tour en business class...

Page 17

Autres livres lus de Lolita PILLE :

Bubble Gum

 

     Hell a été écrit par Lolita PILLE. Il vient de France. Il a été publié pour la première fois en 2002 et réédité en 2008 par l'édition Le livre de poche. Il compte 156 pages.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans Contemporain
commenter cet article
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 09:00

Résumé :

    Jean, la trentaine, est homo et enchaîne les conquêtes masculines. Mais lorsqu'il rencontre Laura, une jeune adolescente de 17 ans, il se sent tout de suite attiré par elle. Cependant, il est séropositif.

Doit-il lui dire ? Quels seront les conséquences de son choix ?

 

Avis :

     Je ne sais pas du tout pourquoi ce livre est dans ma PAL - personnelle en plus ! Enfin, bref, je ne savais pas de quoi ça parlait et quand je l'ai su, ça ne m'a pas vraiment envie de lire... Mais je l'ai quand même fait. Franchement, je pense que je vais être assez dure dans mes mots, mais ce que j'ai ressenti pendant ma lecture a été assez violent...

 

     Je n'ai pas aimé. En fait, je crois que c'est pire que ça, cette lecture m'a révoltée, mais pas dans le bon sens. J'ai été choquée pendant ma lecture par l'attitude des personnages, j'avoue que par moment ça m'a complètement écœurée... Je ne les comprends pas. Jean sait qu'il est séropositif, pourtant, ça ne le gène pas de risquer de contaminer tout son entourage, Laura est complètement cinglée, pourquoi s'acharne-t-elle à souffrir ? Et puis les descriptions des "tortures" infligées aux arabes, et notamment la mort de Chérif, m'ont complètement retourné l'estomac...

 

    J'avais entendu dire que ce livre était une sorte d'autobiographie, pourtant en le lisant, je n'ai pas trouvé qu'il donnait un bon point de vue sur les homosexuels. Je veux dire, on ne voit qu'insultes, prises de risque, coucheries à droite et à gauche... Franchement, je n'ai pas apprécié cette vision... Je trouve que le sujet est vraiment sympa, la découverte du SIDA, les réactions... Je ne pense pas que l'auteur était obligé d'aller dans ces extrèmes... En même temps, si lui a vécu comme ça, je ne peux pas lui reprocher d'avoir écrit une autobiographie qui lui ressemblait !

 

    Je n'ai pas pu me raccrocher aux personnages, comme je le fais d'habitude quand je n'aime pas l'histoire. Ici, je dois dire que j'ai été jusqu'à les détester... Jean est égoïste. Laura est cinglée. Au début, je l'aime bien, mais dès qu'elle commence à ne plus vouloir le lâcher, j'avoue qu'elle m'a fait pitié et je n'ai plus réussi à la comprendre... Les autres sont sympa, mais sans plus... Disons que Samy, Jamel, ne sont pas des models de vertu et c'est pour ça que j'ai eu du mal à m'attacher à eux...

 

    La fin est bien, mais je trouve que l'on a pas vraiment avancé depuis le début du roman... J'aurais aimé finir avec une réelle évolution dans sa maladie, ou dans sa façon d'agir avec les autres... Mais là, rien... Je ne pense pas que je regarderai le film... Vu mes sentiments vis à vis du livre, je vois mal comment je pourrais retenter l'aventure...

 

Je n'ai pas aimé la vision proposée, trop dépravée et égoïste !

 

9/20

 

Autres avis : Luna

Lu pour le challenge Un mois = une consigne, session mai 2015 [ma participation]

Lu pour le challenge Le jeu des 7 familles [ma participation] → le fils Grantécran

Lu pour le challenge des 170 idées [ma participation] → n°14 (la personne qui partage son lit)

Lu  pour le challenge New PAL 2015 [ma participation]

Bonus : Challenge Gourmand, session 3  [ma participation]

Je me réveillant sursaut. La mort était là ; dans la forme effrayante d'un tas de vêtements posés sur une chaise au pied de mon lit, distinguée des ténèbres par un rayon de lune. Elle était là depuis deux ans, jour après jour, minute après minute ; elle me séparait du monde. Cerveau liquéfié, obscurci, comprimé par une masse informe, par du mou bourré sous mon crâne, du poumon de bœuf sanglant accroché à ma nuque.
Elle était là depuis que j'avais lu les premiers articles sur le sida. J'avais eu la certitude immédiate que la maladie serait une catastrophe planétaire qui m'emporterait avec des millions d'autres damnés. Du jour au lendemain j'avais changé mes pratiques de sexe. Avant, je cherchais dans le soir des garçons qui me plaisaient ; j'étais exigeant.

Page 10

 

     Les nuits fauves a été écrit par Cyril COLLARD. Il vient de France. Il a été publié pour la première fois en 1989 par l'édition Flammarion-Paperview dans la collection Les classiques de l'érotisme. Il compte 191 pages.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans autobiographie drame
commenter cet article
16 mai 2015 6 16 /05 /mai /2015 09:00

Résumé :

    Débarrassée de David, Jenny commence à sortir avec Nick, puis Jamie, jusqu'à ce qu'il la supplie de le pardonner... Chez elle, ça va de plus en plus mal, ses parents semblent de plus en plus amoureux, en plus sa mère semble leur gâché quelque chose...

Va-t-elle trouver avec qui elle veut sortir réellement ? Que lui cache sa mère ? Cela va-t-il bouleverser son univers ?

 

Avis :

    En attendant le début d'un de mes partiels, j'avais emporté les deux tomes d'Yvonne COPPARD. Heureusement que le premier m'a plu, parce que sinon, enchaîner des lectures peu intéressante avant des partiels n'aurait pas franchement été une bonne idée ! Mais j'ai adoré le premier tome, et donc me suis lancée pleine de plaisir dans la lecture du second volet ! Il est encore mieux que le précédent ! J'ADORE !

 

     Les péripéties sont vraiment sympathiques, mais ce qui me marque le plus dans ce roman, c'est sa légèreté et son humour.... Autant, j'ai déjà beaucoup ri pendant ma lecture de Un peu de tenue, Jenny ! mais là, je ne pouvais pas lire un seul passage sans me marrer... Dès que le personnage changeait, il faisait toujours un commentaire qui me faisait rire ! Heureusement, que ça ne me gène pas, de me mettre à pouffer comme une cruche - il faut bien le dire - au milieu d'une foule !

 

    Les personnages sont toujours pas mal. Jenny a gagné en maturité, je trouve. Du coup, ce qu'elle raconte est beaucoup plus pertinent... Cela dit, je préfère quand même les prises de parole de sa mère ! Mais je pense que c'est le mix des deux points de vue qui rend l'histoire aussi intéressante et les personnages aussi sympathiques... Parce que, quant on y repense, elles passent toutes les deux leur temps à se plaindre, mais comme elle ne voit pas les choses de la même manière et qu'elles se moquent avec humour, ça rend le texte beaucoup plus captivant et agréable !

 

    La fin est vraiment sympa. C'est vrai que l'on s'y attend, mais sachant qu'il n'y a pas de suite, je ne vois pas trop comment ça aurait pu être autrement ! En tout cas, elle est à l'image du reste du roman... Je le conseille, pour les plus jeunes comme pour les plus vieux ! Ce texte est vraiment plein de fraîcheur et se lit tout seul !

 

Vraiment génial !

 

18/20

 

Lu pour le challenge Un mois = une consigne, session mai 2015 [ma participation]

Lu pour le challenge Le jeu des 7 familles [ma participation] → la fille Colorlemonde (indigo)

Lu pour le challenge des 170 idées [ma participation] → n°82 (lampadaire)

Lu  pour le challenge New PAL 2015 [ma participation]

Bonus : Challenge Gourmand, session 3  [ma participation]

18 novembre
Papa et maman vont passer quatre jours à Paris, début décembre. Quel gâchis ! À leur âge, on n'apprécie plus vraiment les endroits romantiques... Nick et moi, on en profiteraient bien mieux ! Par contre, je n'aurais jamais dû le leur dire, ça. Maman, très calme, a juste répondu qu'elle savait qu'elle vieillissait, mais qu'elle n'avait pas encore un pied dans la tombe. J'ai honte, maintenant. En tout cas, je suis déjà punie : mamie Murray vient s'installer à la maison en leur absence ! Depuis ma fête d'anniversaire qui a mal tourné, l'année dernière, elle est persuadée que j’ai " besoin d'être sérieusement guidée sur les routes de la vie". J'ai droit à des tas de lettres dans sa part, pleines de sages conseils qu'elle puise dans les livres de Prudence Vertu.
Une chose est certaine : à son époque, l'adolescence existait pas encore.

Page 29

 

Autres livres lus d'Yvonne COPPARD :

☺ Jenny, tome 1 : Un peu de tenue, Jenny !  [mon avis]

 

     Quelle galère, Jenny est la suite de Un peu de tenue, Jenny !, écrit par Yvonne COPPARD. Il vient du Royaume-Uni et son titre original est Everybody, else does ! Why can't I ?. Il a été traduit par Natacha Godeau. Il a été publié pour la première fois en 1992 et réédité en 2003 par l'édition Pocket Junior. Il compte 156 pages.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans Chick-Lit
commenter cet article
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 09:00

Résumé :

     Jenny est une adolescente comme beaucoup d'autres. A 14 ans, presque 15, elle enchaine les dispute avec les parents, ne supporte plus son petit frère, tombe sous le charme de chaque joli garçon, surtout le nouveau David Slater, sort beaucoup et consacre peu de temps à ses devoirs...

Va-t-elle sortir avec lui ? Comment va se dérouler cette année ?

 

Avis :

    Encore un livre mis dans ma PAL quand j'ai rentré tous les livres que nous possédions à la maison (enfin pas tous, mais une bonne partie !)... Du coup, bien sûr, je ne me souvenais pas où il était et j'avais finalement pas plus envie que ça de le lire. Heureusement qu'il ne fait pas 200 pages, parce que je crains que sinon je ne l'aurais jamais ouvert... Quand j'ai commencé ce livre, la première chose que je me suis dite, c'est "Oh, zut ! Encore un journal !". Je ne sais pas si vous avez vu mes dernières lectures, mais ce sont tous des journaux intimes... Enfin bref, j'avoue que ça ne m'enchantait guère, mais SURPRISE !

 

     C'est vrai, j'ai commencé cette lecture en étant un peu agacée, vu que j'avais lu pas mal de livres de ce genre cette semaine et puis à la fin de la première page, j'avoue que Jenny m'énervait déjà... Mais là, j'ai eu une surprise, parce que le récit de la journée est aussi raconté... par sa mère ! Et ce principe m'a beaucoup plu ! D'un côté, on a les jérémiades et de l'autre les incertitudes et la vision des parents... Du coup, ça a apporté un truc en plus ! Et sans oublier que le texte est devenu beaucoup plus rigolo !

 

     Jenny m'a rapidement agacée, mais elle agit comme n'importe quelle jeune fille de 14 ans... Disons qu'elle s'insurge pour des futilités, mais elle reste vraiment sympathique ! Sa mère m'a beaucoup plu, j'ai beaucoup aimé la voir se moquer gentiment de sa fille quand cette dernière pensait les avoir eu ! Cette confrontation des évènements apportent beaucoup pour l'histoire, mais pour les personnages aussi !

 

     J'ai vraiment aimé voir ce quotidien, avec toutes les catastrophes qu'il peut y avoir... En tout cas, ça m'a beaucoup fait rire ! La fin est du même tonneau... Elle est pleine de fraîcheur, drôle et on voit que la vie continue ! Je savais qu'il y avait une suite, même si elle n'est pas vraiment indiquée comme telle... Enfin, je l'ai lu, et je l'ai aussi beaucoup aimé !

 

Une vision d'une relation mère/fille vraiment sympa !

 

16/20

 

Lu pour le challenge Un mois = une consigne, session mai 2015 [ma participation]

Lu pour le challenge Le jeu des 7 familles [ma participation] → la fille Kirigole

Lu pour le challenge des 170 idées [ma participation] → n°3 (sac)

Lu  pour le challenge New PAL 2015 [ma participation]

Bonus : Challenge Gourmand, session 3  [ma participation]

16 octobre
Oh, quel week-end ! ça n'a pas arrêté, aux urgences. Il a fallu soutenir un rythme d'enfer et je suis exténuée. Et puis, il y a encore eu une scène épouvantable avec Jenny... Elle est impossible en ce moment. Toutefois, je ne doit pas oublier que sous cette indignation et ce mépris affiché notre fille est si intelligente, si attentionnée... Je sais qu'elle triomphera des difficiles années de l'adolescence. Mais, jusque-là, il faudra bien s'accommoder de son caractère. Ah ! L'Âge Ingrat !

Pages 10 et 11

 

Autres livres lus d'Yvonne COPPARD :

☺ Jenny, tome 2 : Quelle galère, Jenny !  [mon avis]

 

     Un peu de tenue, Jenny ! est un premier tome, écrit par Yvonne COPPARD. Il vient du Royaume-Uni et son titre original est Not Dressed Like That, You Don't !. Il a été traduit par Natacha Godeau. Il a été publié pour la première fois en 1991 et réédité en 2003 par l'édition Pocket Junior. Il compte 127 pages.

 

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans Chick-Lit
commenter cet article
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 09:00

Résumé :

    Alice vit à Londres avec son père et sa tante. La campagne et elle, ça fait feux. C'est pourquoi aux premières rumeurs de peste, elle a refusé de se réfugier chez son oncle. Elle n'y croit pas, après tout, son quartier est sain et sauf, à moins que...

Va-t-elle pouvoir s'enfuir à temps ? Va-t-elle tomber malade ? survivre ? et ses proches ?

 

Avis :

     Je sais que la peste à tuer des millions de personnes, cela dit, je dois dire que ça n'a jamais été un sujet qui me passionnait. Pourtant, à la bibliothèque, quand j'ai vu ce livre et la manière dont il est rédigé sous forme de journal, j'ai trouvé l'idée vraiment sympa. A tel point, que j'ai cherché d'autres livres de la même collections. Autant j'ai été déçue des deux autres romans, autant celui-ci, je l'ai beaucoup apprécié !

 

     Alice Paynton n'a jamais existé, du coup il n'y a aucun problème pour la crédibilité. Ses sentiments sont plausibles par rapport au contexte, donc ce qui est raconté à pu se passer... Alors que dans le cas de Sissi ou de Marie-Antoinette, il était difficile de juger si les émotions racontées étaient réellement celles de ces personnages historiques ! Enfin bref, du coup, le principal défaut des autres romans n'est plus d'actualité pour celui-ci !

 

     J'ai de plus, trouvé le texte assez complet, on voit son scepticisme face aux rumeurs, puis ses peurs, ses combats, sa fuite... Du coup, on a une vision assez globale de la situation. Les parcours de ses voisins sont différents, sans oublier son oncle qui vit l'épidémie en dehors de la ville, tout ça apporte encore plus d'éléments ! Je ne voit pas trop ce que l'on aurait pu dire de plus. Cela dit, je suis surprise par l’incendie de Londres, j'ai eu l'impression que les personnages ne ressentaient pas de peur, seulement le désespoir de tout perdre... C'est étrange, parce que si ma ville était la proie des flammes, je ne resterais pas franchement de marbre...

 

     Pour les personnages, j'ai beaucoup aimé Alice et sa famille. Le seul petit truc que je pourrais trouvé, c'est que je l'ai trouve bien mure et adulte pour une jeune fille de seulement 13 ans... Mais j'ai apprécié son caractère et sa personnalité. Sinon, les autres "petits" personnages sont intéressants, mais j'avoue que j'ai parfois eu du mal à me souvenir qui était qui, comme Luke, par exemple... Ils passent et repartent, du coup, je mélangeais un peu tout le monde. Cela dit, ce n'est pas très grave !

 

     J'aime bien la fin, elle est sobre... La peste disparaît comme elle est arrivée... On a le droit à un dernier rebondissement, cela dit, on voit déjà que la vie reprend son cours... Bien sûr, quand je l'ai lu, je me suis dit que ça faisait un peu trop, mais je trouve que c'est une bonne récompense au courage d'Alice... Sa vie n'est pas composée que de galère quand même ! En tout cas, ce tome m'a réconciliée avec la collection, je pense que j'en réemprunterai à condition que ce ne soit pas raconté par quelqu'un ayant réellement existé !

 

Vraiment pas mal !

 

15/20

 

Lu pour le challenge Un mois = une consigne, session mai 2015 [ma participation]

Lu pour le challenge des 170 idées [ma participation]  n°84 (bateaux, pont, maisons)

Bonus : Challenge Gourmand, session 3  [ma participation]

20 mai
Je me suis fait du soucie toute la journée à cause de la peste, et n'ai pas pu me concentrer sur mon crochet. Cet horrible petit col. Je jure que je ne le porterai jamais. Je me suis emmêlée dans les points et j'ai fini par user la patience de tante Nell. J'ai voulu parler de la peste, mais j'ai eu peur de prononcer le mot. Je n'arrive pas à croire que cette calamité fasse des ravages à deux pas de chez nous. Je suis née à Londres et j'y toujours vécu. La peste ne peut pas sévir ici. Imaginez ce qui adviendrait de nous si le roi tombait malade et mourait. Mais Dieu ne le permettra pas. Je veux croire que ces rumeurs sont sans fondement.

page 13 et 14

 

     L'anné de la grande peste, Journal d'Alice Paynton, 1665-1666 a été écrit par Pamela OLDFIELD. Il vient du Royaume Uni et son titre original est The Great Plague, The Diary of Alice Paynton, London, 1665-1666.  Il a été traduit par Alice Seelow.  Il a été publié pour la première fois en 2001 et réédité en 2005 par l'édition Gallimard Jeunesse, dans la collection Mon histoire. Il compte 185 pages.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans historique drame
commenter cet article
10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 09:00

Résumé :

    Mélanie n'y croit pas quand elle découvre juste devant elle l'académie des anges. Elle doit se rendre à l'évidence, malgré toutes les bêtises qu'elle a pu faire, elle en est quand même un, ou du moins, elle espère bien que personnage ne découvrira la vérité. Au programme, cours sur les anges et voyages dans le temps, elle arrivera bien à montrer ses capacités !

Y'a-t-il réellement eu une erreur ou Mélanie est devenue un ange ? Quel est son rôle dans tout ça ?

 

Avis :

    Ce livre fait parti des nombreux romans que j'ai intégré dans ma PAL sans réellement savoir de quoi il parle ni rien. En tout cas, à chaque fois que je feuilletais ma PAL, j'allais systématiquement regarder à quoi ressemblait sa couverture, et plus je le faisais, plus ça me donnait envie de le lire. Du coup, quand j'ai fait la liste de tous mes livres de moins de 200 pages pour le Challenge Un mois = une consigne, je me suis dit que je les lirai tous et j'ai commencé par celui-ci !

 

    Je ne m'attendais pas du tout à ça... Je crois que rien que cette phrase peut résumer tout ce que je pense. En gros, j'avais en tête quelque chose de... mieux ! Je trouve ce premier tome un peu plat... Il ne se passe pas grand chose. Déjà, je trouve dingue la façon dont elle réagit,  "ah ? je suis morte", mais rien de plus... C'est dommage, je trouve que déjà ça pèche... Et puis, je ne sais pas, mais à part se faire une montagne de petit truc, on sait à peine ce qu'ils apprennent, rien sur Les puissances de L'ombre, ni leur rôle... Franchement, ça manque !

 

    13 ans, c'est jeune, je suis d'accord. Mais, à cet âge là, on voit le danger, non ? Alors pourquoi ne s'intéresse-t-elle pas plus aux puissances de l'ombre, ou même à sa condition ? A part les fringues, les garçons, et ses "Oh mon Dieu, mais je ne peux pas être un ange, comment faire pour qu'ils ne s'en rendent pas compte ?", elle ne fait rien... Je l'ai trouvé superficielle ! Et ça rend le roman vide, vu que c'est elle qui raconte l'histoire... Au moins, les autres personnages sont sympathiques... mais finalement sans plus.

 

    La fin est bien, mais sans plus. Il est difficile de comprendre pourquoi ce qu'elle a fait n'est pas bien, après tout, les anges ne sont-ils pas là pour aider les autres ? mais, les dernières scènes manquent toujours d'intérêt... Que font-ils concrètement quand ils vont sur Terre, parce que là, leur rôle me paraît bien plat... Je suppose que le deuxième tome répond à ces questions, mais comme je ne le possède pas et que je n'ai pas l'intention ni de l'acheter ni de l'emprunter, je pense que je ne le lirai pas !

 

Plat, c'est dommage !

 

10/20

 

Lu pour le challenge Un mois = une consigne, session mai 2015 [ma participation]

Lu pour le challenge des 170 idées [ma participation]  n°1 (chaussure)

Lu  pour le challenge New PAL 2015 [ma participation]

Bonus : Challenge Gourmand, session 3  [ma participation]

Maintenant que je suis un ange, il m'arrive de jouer au grand jeu du " si jamais su" : si jamais su...
... j'aurais pu passer à la télé (forcément !) pour inviter tous les ennemis du monde à se pardonner - un peu gnangnan, mais assez classe...
... je n'aurai pas attendu pour dépenser tout mon argent de poche...
... et ainsi de suite.
Hélas, cette nuit-là, bien sûr, je ne savais pas.

Page 12

     La chance de ma vie est le premier tome de la saga Ange et compagnie, écrite par Annie DALTON. Il vient du Royaume-Uni et son titre original est Winging it. Il a été traduit par Bertrand Ferrier. Il a été publié pour la première fois en 2001 et réédité en 2003 par l'édition Pocket Junior. Il compte 187 pages.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans Jeunesse Fantastique
commenter cet article
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 09:00

Résumé :

   Marie-Antoinette est la quinzième enfant de l'impératrice Marie-Thérèse. Cette dernière est bien décidé à marier l'ensemble des ses filles, tout en concluant des accords avec les autres royaumes. C'est ainsi que Antonia se retrouve fiancée avec le dauphin de France.

Comment va-t-on réagir à son arrivée ? Va-t-elle pouvoir oublier sa chère Autriche ?

 

Avis :

    Depuis toujours, j'adore l'histoire de Marie-Antoinette, alors quand j'ai vu qu'il existait un livre sur elle dans la collection Mon histoire de Gallimard et qu'il était disponible à la bibliothèque, j'ai renoncé à ma règle qui consiste à n'emprunter qu'un livre par mois ! Ce n'est pas que je suis déçue, mais ce n'est pas la meilleure version que j'ai pu lire... Je pense qu'en fait, c'est cette collection que ne me correspond pas !

 

     L'histoire est sympa et relativement semblable aux autres versions écrites ou filmographiques que j'ai lues et vues... Je crois que mon problème vient du fait que je ne me sens pas véritablement concernée par l'histoire. Certes, que ce soit un journal intime, rapproche de l'héroïne, mais d'un autre côté, on vit tout ce qui lui arrive à retardement... C'est dommage, je trouve, parce que les émotions ne sont plus les mêmes et sont beaucoup moins fortes. En plus, autre les grands passages célèbres, la majorité des préoccupations d'Antonia sont frivoles... C'est dommage, surtout qu'en prime, certains passages importants comme le mariage ou leurs difficultés à consommer le mariage auraient pu être évoqués ou développés...

 

     Au moins, les personnages sont sympathiques... J'ai bien aimé Marie-Antoinette. Je trouve qu'elle est très mure pour une enfant de 13 ans... Mais je dois dire que j'ai réellement commencé à l'apprécier à son arrivée à Versailles... Elle s'émancipe de sa mère, ce qui lui fait beaucoup de bien... Le roi n'est pas vraiment vu sous un beau jour ici, et je trouve ça un peu dommage, on le fait vraiment passé pour un vieux gateux soumis à sa maîtresse ! Quant au dauphin, malgré ses boutons, il m'a l'air vraiment sympathique... Au moins cette version montre surtout qu'ils sont pas méchants, mais pas fait pour être souverains...

 

     La fin est sympathique. Le moment où s'arrête le récit est plutôt bien choisi, mais je dois dire que j'aurais préféré que l'histoire continue. Tout le monde sait que malheureusement, les ennuis ne s'arrêtent pas là ! Cela dit, c'est une bonne conclusion et les suppléments historiques, notamment sur la suite de sa vie sont relativement complets.

 

Pas mal, mais sans plus !

 

14/20

 

Lu pour le challenge des 170 idées [ma participation]  n°57 (tête)

Bonus : Challenge Gourmand, session 3  [ma participation]

13 juin 1769
Oh, mon Dieu, ça y est ! Elle est enfin là - la demande en mariage ! Les émissaires personnels du roi Louis XV sont arrivés ce matin. J'ai tout de suite été appelée dans la maison d'été de maman, la Gloriette, où elle travaille pendant les jours les plus chauds. J'ignorais pourquoi j'avais été convoquée. En fait, je pensais que Maria Louisa avait été tout raconter à maman sur notre pique-nique, et que j'allais me faire gronder parce que j'avais joué à me laisser rouler le long des collines ! Mais j'avais à peine posé le pied dans la fraîche salle de réception en marbre que maman s'est levée de sa chaise et s'est précipitée vers moi. Elle m'a écrasée sur sa poitrine et a murmuré :
- Antonia, tu vas te marier ! Tu vas devenir reine de France !

Page 56

 

     Marie-Antoinette, Princesse autrichienne à Versailles, 1769-1771 a été écrit par Kathryn LASKY. Il vient des États-Unis et son titre original est Marie-Antoinette - Princess of Versailles. Il a été traduit par Lilas Nord. Il a été publié pour la première fois en 2000 et réédité en 2005 par l'édition Gallimard Jeunesse, dans la collection Mon histoire. Il compte 222 pages.

Repost 0
Published by ananas-fait-sa-salade - dans historique biographie
commenter cet article

Bienvenue

Bienvenue à tous dans ma salade de livres, de films et de séries !

Je vous souhaite une bonne visite et plein de découvertes.

 

  ■■■

 

Tous les textes, sauf précisions, sont de moi-même.

Si vous les utilisez, veuillez me prévenir, et mettre un lien vers mon blog,

merci.

 

  ■■■

 

Bonne lecture à tous !

Recherche

Je suis aussi sur :

 

http://www.gizmodo.fr/wp-content/uploads/2011/06/Facebook.pnghttp://4.bp.blogspot.com/_g1RImRRq-Y0/TOE25eNE3CI/AAAAAAAAAOE/buOSsMTjxoQ/s1600/LIVRADDICT-LOGO.pnghttp://profile.ak.fbcdn.net/hprofile-ak-snc4/195793_165956200122587_2674852_n.jpghttp://f3.img.v4.skyrock.net/f3c/bi1-plus-k1-passion/pics/2675550942_small_1.jpg